fr | en

Séparés par des virgules

« Challenge robotique GEII – A la fin, il n’en restera plus qu’un !»

Vous avez aimé la compétition ? Les robots vous ont marqué.e.s ? Vous souhaitez en savoir plus sur le Challenge robotique GEII qui s’est déroulé du 29 au 31 janvier dernier dans le hall d’accueil de l’IUT ? Retour en images sur cet événement festif qui a mis à l’honneur le talent en robotique des étudiants de 1re année en GEII et a donné lieu à de nombreuses animations.

Initié par Monsieur Yves Leteurtre, enseignant en électronique à l’IUT d’Angers, ce concours a permis aux 8 équipes sélectionnées – sur les 48 initialement en lice – de s’affronter dans une ambiance festive et conviviale. Les robots se sont confrontés sur la piste, avec un parcours de plus en plus complexe au fur et à mesure de la compétition. Tout autour de la piste, les étudiants en GEII ou venus d’autres filières ainsi que les personnels de l’IUT ont pu encourager leurs équipes et robots préférés tout en échangeant, en direct, leurs impressions ou leurs photos via Snapchat et Instagram. Windows XP, Com6, G2EI-esport, Cortana, Cop (Billy), The Goodess Robot ou encore Felou n’ont pas démérité !

Derrière ce moment ludique, un véritable enjeu pour les compétiteurs puisqu’il s’agissait de se préparer à une compétition d’une toute autre ampleur, le festival de robotique de Cachan, le CRASH (Concours pour une Robotique Amusante dans un Super Hackathon) qui aura lieu au mois de juin prochain. Ce grand marathon de la robotique durera trois jours et réunira une dizaine d’équipes d’étudiants en GEII venus de toute la France. Et pourquoi pas une équipe angevine vainqueur du CRASH 2020 ?

Témoignage des compétiteurs

« J’ai trouvé la compétition très motivante, on était tous à fond dans nos programmes pour essayer de passer devant les autres ! J’aurais aimé pouvoir rencontrer plus de robots ! Pour gagner, j’avais une technique bien à moi : chaque capteur était réglé pour détecter l’obstacle à une distance différente, si bien que mon robot se fiait au mur de gauche. Ainsi, il pouvait gérer le virage à 180° sans problème.

Mais aucun robot n’était parfait, le mien faisait parfois demi-tour sans prévenir, c’était le même problème pour tout le monde. Je n’en ferais peut-être pas mon métier, mais c’était tout de même une chouette expérience ! J’ai deux trophées cette année, un pour le prix du Jury du Perf’Art et un pour le Challenge robotique ! » Matthias Rabier, 1ère place

« J’ai beaucoup apprécié ce petit challenge, dans un bon esprit de compétition, qui met en application à peu près tout ce que l’on a pu voir en cours depuis le début de l’année. Comme j’ai pris de l’avance sur l’électronique, j’ai pu passer plus de temps sur la programmation, ce qui m’a permis d’obtenir un programme rapidement fonctionnel. Je n’avais plus qu’à l’améliorer petit à petit pour gagner du temps sur chaque course.

Pour gagner, il semblait évident de passer devant l’adversaire. Alors tous les robots se sont mis à lancer une grosse accélération au départ. Mais, au final, personne ne passait vraiment devant et la plupart du temps, l’un d’entre eux se retournait en voyant son adversaire à côté.  Une fois le robot à l’envers, il était presque impossible qu’il revienne dans le bon sens. Toutes mes rencontres perdues étaient dues à un demi-tour… En tout cas j’adore la petite robotique et je compte bien rester dans cette continuité en participant au concours Cachan ! » Erwann Bestard, 2e place

Perf’Art GEII : les étudiants ont du génie !


Retour en images
Le département Génie électrique et informatique industrielle (GEII) de l’IUT d’Angers a organisé la 3e édition de son concours de performances artistiques réalisées par les étudiants de 1re année du DUT GEII. La grande finale du « Perf’Art GEII » a eu lieu le 12 décembre dernier.

Félicitations aux deux lauréats de ce Perf'Art GEII 2019 : "W@tched" (prix du jury) qui dénonce la surveillance des masses et "Crève-cœur" (prix du public) qui aborde la question très actuelle des féminicides…

Par leur engagement sur scène, les étudiants ont su défendre leur point de vue sur des thèmes riches et variés qui leur tenaient à cœur : surconsommation, sens de la vie, addiction aux réseaux sociaux, souffrance animale ou encore harcèlement scolaire ! Un grand merci à Monsieur Fouquet, adjoint à la culture de la ville d'Angers, pour son soutien à ce projet ainsi qu'à tous nos partenaires, personnels de l'IUT d'Angers, étudiants, familles des étudiants et amis venus participer à cette finale ! Une grande fête de la créativité, une ouverture sur le monde mais aussi et surtout un beau moment de partage !

Retour sur le dispositif

Dans le cadre de leurs cours en expression et communication, les 94 étudiants de première année ont eu à peine deux mois pour préparer en équipe de 2 à 4 une performance artistique de 3 minutes capable de transmettre une émotion ou un message fort de leur choix.

La performance artistique est un art protéiforme et pluriel qui recourt à différents modes d’expression dont l’exécution constitue l’œuvre elle-même. Elle englobe un large éventail de disciplines et de techniques – littérature, poésie, théâtre, musique, danse, architecture, peinture, vidéo, cinéma, photographies, textes… – en toutes combinaisons imaginables. Elle permet à chacun d’exprimer un point de vue, un talent, et apparaît comme un excellent levier de compétences en Expression-communication.

Pour compléter ce programme, des actions ont été mises en place par l’IUT pour encourager l’ouverture des jeunes à l’art contemporain. Par exemple, ils ont pu assister à la conférence performée d’une artiste performeuse diplômée de l’École supérieure des beaux-arts, Marjorie Le Berre et bénéficier d’un partenariat avec Le Quai (espace de création, de spectacles et de rencontres à Angers) pour assister à quatre spectacles.

Une belle ouverture sur le monde et sur la créativité, une compétence essentielle aujourd’hui au sein des entreprises !

Nouvelle galerie de photos

GEII Angers : the best au défi NXT !

Challenge robotique en ligne


Les gagnants
Accomplir des missions en 6 heures à l’aide d’une boîte Lego Mindstorms NXT/EV3, créer des robots aussi performants qu’ingénieux, tourner des vidéos ludiques et créatives pour mettre en valeur leurs productions, c’est le défi qu’ont relevé avec brio nos étudiants de première et de deuxième années le jeudi 10 octobre dernier dans le cadre du Défi NXT ! « Jeudi, c’est Okapi », l’une de nos quatre équipes angevines en lice, a remporté le prix « Best » qui salue son investissement, l’originalité de sa mise en scène et la qualité de sa présentation.

Après avoir sauvé le professeur Hiroshi Nagitomi surpris par une terrible tempête en 2017, après une exploration spatiale vers Asgardia en 2018, l’édition 2019 a mis à l’honneur un Cro Mignon qui a entrepris de se cuisiner une omelette à base d’œufs de Cracoucass… Entre réflexion pour mener à bien leur projet dans les temps, rires et chants d’équipes, pause méga-pizzas, temps de tension et de concentration ou encore moments de silence pour leurs prises de vue dans la pénombre, les étudiants ont travaillé sans relâche dans une ambiance conviviale et stimulante !

Initié en 2011 par la communauté des DUT GEII, le défi NXT mobilise chaque année une trentaine d’équipes dans toute la France et fait même des adeptes au Québec ! Ce concours ne valorise pas que les sciences et techniques. C’est aussi un défi d’équipe qui stimule la coopération et les talents artistiques.

Toutes nos félicitations vont aux 18 étudiants angevins qui se sont impliqués dans ce projet, « Les Somnambules », « Les Délinquants à capuche » et les « Grumms » qui, sans conteste, ont poussé, par leur dynamisme, les étudiants de l’équipe « Jeudi, c’est Okapi » à donner le meilleur d’eux-mêmes !

https://definxt.com/?p=2131

 

Etudiants ayant participé au défi
Les équipes GEII

Le défi NXT en photos

Challenge robotique GEII – Ready to rumble ?

La vidéo de la finale du challenge robotique GEII 2019

CRASH 2018 : les GEII d’Angers en compétition

Cette compétition qui dure trois jours réunit les participants pour un grand marathon de la robotique. Elle est l’occasion unique de partager une expérience avec des étudiants de tous les IUT de France. Sur les dix équipes participantes, trois équipes angevines ont décidé de relever le défi. Elles ont participé à la compétition du 6 au 9 juin dernier après s’être préparées depuis le mois de novembre.

L’édition 2018

Pour sa quatrième édition, le concours se porte sur le thème du tennis. Les étudiants ont travaillé sur un robot capable de détecter mais aussi de renvoyer des balles de tennis déposées aléatoirement sur une zone. Le but est d’avoir le moins de balles dans un espace donné, le tout en 1 min 30.

Comment les étudiants d’Angers appréhendent-ils le concours ?

Dès le début de l’année universitaire, les étudiants se sont préparés à cette rencontre, en commençant par se familiariser avec les bases de la robotique. Au mois de novembre, les règles officielles sont tombées. Avec l’aide de M. Yves Leteurtre, enseignant en électronique à l’IUT d’Angers, les étudiants ont travaillé sur des stratégies à développer. Ils ont défini le rôle de chacun dans des équipes constituées de deux à huit : l’un s’est chargé de la détection de la balle, l’autre de son renvoi sur le terrain adverse, etc. Dans l’année, les étudiants en première année estiment que ce projet a représenté une centaine d’heures de travail, une charge conséquente mais qui importe peu lorsque l’on est passionné. A la question : “pensez-vous pouvoir gagner cette année ?”, Dimitri Paumard, un étudiant de l’IUT GEII d’Angers a répondu : “Si on aboutit et au vu des solutions mises en place, on a nos chances !”

Le concours de Cachan, un vecteur de connaissance mais aussi un moment de convivialité

“Peu importe le nombre d’heures de travail, la motivation est là.” Participer au concours robotique de Cachan demande beaucoup de travail certes, mais la première victoire est là : l’acquisition des connaissances est au rendez-vous. Pour Marvin, membre d’une des équipes de l’IUT d’Angers, c’est sa passion pour les robots qui l’a poussé à participer au concours. En d’autres termes, le projet d’élaborer un robot en développant des problématiques techniques est très enrichissant. Ce concours permet de rencontrer des étudiants et de discuter avec eux. Pour M. Leteurtre, leur enseignant : “Utiliser le concours comme vecteur pédagogique est un bon moyen pour s’en servir dans plusieurs matières”.

Même si cet événement offre l’occasion aux étudiants en GEII de France de s’affronter dans un concours, elle permet avant tout de se rassembler pour échanger ou encore faire des rencontres. L’ambiance y est très festive et cordiale. L’an dernier, professeurs et participants se sont réunis autour d’un barbecue pour partager un moment de convivialité. De plus, nous pouvons y retrouver des activités telles que des expositions, des ateliers, du cinéma, des conférences, qui favorisent le côté fédérateur.

Finalement, les étudiants ont eu hâte de finaliser leur projet et de le présenter au concours robotique de Cachan. En effet, c’est l’occasion unique pour ces participants de se mêler à une épreuve à l’échelle nationale. Les étudiants se sont révélés plus que motivés pour relever ce challenge qui a ponctué leur première année d’IUT en GEII et sont arrivés en huitième de finale ! Bravo à eux.

 «Dossier de presse CRASH 2018.pdf» (1.2 MB)

Scroll