fr | en

Séparés par des virgules

Pour Enzo, les JO en ligne de mire

Étudiant à l’IAE Angers, Enzo Saleine s’entraîne avec l’équipe de hockey sur gazon d’Angers SCO et est également arbitre international. Il apportera ses compétences et son expertise lors des JO de Paris cet été.


Dans quelques mois, Enzo Saleine sera aux JO.
C’est une date cochée depuis longtemps dans son agenda. À 21 ans, l’angevin Enzo Saleine participera aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 dans le mythique stade de Colombes (Hauts-de-Seine), qui accueillera les matches de hockey sur gazon.

S’il ne foulera pas la pelouse, il sera tout de même l’un des acteurs clé de cette discipline. « Depuis que la France a été désignée pays hôte en 2017, je voulais participer au JO d’une manière ou d’une autre, se souvient-il. Finalement, j’ai été retenu aux côtés de 32 personnes pour être National Technical Official (NTO). »

Sa mission ? S’occuper, entre autres, de la communication lors de la compétition, de la gestion des statistiques des rencontres, d’aider les équipes d’un point de vue logistique, et expliquer si besoin les nombreuses règles spécifiques aux journalistes présents. Un rôle de pédagogue que l’étudiant, actuellement en 3e année Management international à l’IAE Angers, tient déjà puisqu’il est arbitre international. Enzo Saleine sera logé, nourri et indemnisé. 

Un emploi du temps aménagé

Enzo a découvert le hockey sur gazon lors d’une initiation à l’école primaire. Alors âgé de 8 ans, c’est une révélation. Il prend ses premières licences au club de Segré (49) en tant que joueur et, le bac en poche, part à Poitiers pour faire un BTS commerce international.

Problème : il n’y a pas d’équipe là-bas ! « Le terrain me manquait. Alors j'ai décidé revenir à Angers pour mes études. » Il s’entraîne désormais deux fois par semaine au SCO d’Angers et endosse le dimanche aussi la tenue d'arbitre en première division, le plus haut niveau en France.

« J’ai voulu essayer ce rôle car au départ je pensais que c’était facile, sourit-il. Au final, pas tant que ça mais ça m’a plu. J’aime être un acteur de l’ombre : le bon arbitre, c’est celui qui ne se fait pas remarquer. Je veille ainsi à l’intégrité des joueurs et à la fluidité du jeu. »

Des qualités qui l’amènent à arbitrer son premier match de championnat de France féminin à 15 ans. L’été dernier, il était présent lors du championnat d’Europe en Turquie des moins de 18 ans. En tant que sportif de haut niveau, il bénéficie d’ailleurs d’un aménagement d’emploi du temps à l’UA pour pouvoir concilier ses études et son rôle d'arbitre international.

En attendant d’engranger « de l’expérience supplémentaire », Enzo entend bien profiter à fond de ces JO et espère défiler sur la Seine pour la cérémonie d’ouverture le 26 juillet.

Scroll