fr | en

Séparés par des virgules

Sciences pour la société : l’UA lauréate d’un appel à projets

Le projet Class de l’Université d’Angers, qui vise à sensibiliser les lycéen∙nes de terminales au monde de la recherche, a été lauréat de l’appel à projets Mobilisation des chercheurs pour la culture scientifique, technique et industrielle lancé par l’Agence nationale de la recherche (ANR).


Philippe Simoneau, vice-président recherche à l'Université d'Angers.
A la rentrée 2023, huit classes de terminales de Maine-et-Loire, issues de plusieurs établissements scolaires, participeront au projet Class (Chercheurs et lycéens des sciences pour la société). Porté par l’Université d’Angers, avec le soutien de Terre des sciences, il s’inscrit dans la dernière réforme du lycée qui préconise le travail en autonomie et la création de passerelles avec les universités. Le but : inviter les élèves à s’approprier un projet scientifique coordonné par un∙e chercheur∙e de l’UA ou de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), et à restituer ce qu'ils et elles en ont compris. « À l’image de notre forte mobilisation auprès du média collaboratif The Conversation, ou de notre participation à l’opération Passeport recherche en Pays de la Loire et au concours Faites de la science, l’UA souhaite valoriser ses activités d’innovation auprès des citoyens, souligne Philippe Simoneau, vice-président Recherche. Class renforce notre politique de rapprochement avec les lycées. C’est aussi une bonne opportunité pour favoriser la participation active des lycéennes, d’autant plus qu’ils et elles vont étudier des projets qui illustrent la diversité de nos champs de la recherche. »

BD et expos photos

De la transformation urbaine à la transition alimentaire, en passant par la crise environnementale ou la résistance aux antibiotiques, chaque classe devra choisir une thématique parmi les huit projets ANR retenus : analyse des expériences sociales et représentations culturelles de la bâtardise dans l’Europe chrétienne,  étude de nouvelles sources de protéines végétales et animales dans le respect de l’environnement, prise en charge des pathologies cardiovasculaires chez la femme après la ménopause… « Ces sujets sociétaux constitueront le fil rouge de notre action et seront également l’occasion d’aborder les questions liées à l’éthique de la recherche (méthodologies, caractéristiques des approches, expérimentations sur la personnes humaine). »

Pour mieux s’approprier les sujets, les lycéen∙nes seront accompagné∙es pendant un an par les chercheur∙es - « très enthousiastes à ce sujet » -, et une association spécialisée dans la médiation scientifique. Les participant∙es devront ensuite partager au grand public leur compréhension du projet sélectionné sous la forme d’une production de leur choix : mini BD, captation vidéo, concours photos… « Ces restitutions seront exposées durant les manifestations organisées à l’UA (Fête de la science, Nuit des chercheures) et sur notre chaîne YouTube », conclut Philippe Simoneau.

Scroll