fr | en

Séparés par des virgules

Homosexualité, répression et déportation

Cette demi-journée d’études ouverte à toutes et à tous est organisée dans le cadre du cycle « Histoire et mémoire des déportations » de la SFR Confluences et se consacrera aux déportations des homosexuels pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle réunira notamment des chercheur·e·s, étudiant·e·s et représentant·e·s de l’association LGBT angevine Quazar.

> Horaires : 14h-18h
> Gratuit
> En ligne, sur inscription. S'inscrire

En persécutant et en déportant dans les camps de concentration les homosexuels, les nazis voulaient exclure de la « communauté du peuple » les éléments jugés impurs et facteurs de dégénérescence.

Cette biopolitique ne concernait pas les pays occupés - la France par exemple - où vivaient des populations considérées comme inférieures sur le plan racial. La présence d’homosexuels dans ces populations hâtait selon les nazis leur décadence, facilitant d’autant leur domination. L’extermination des homosexuels à l’échelle européenne n’était pas un objectif.

En revanche, la politique homophobe nazie fut une source d’inspiration pour des pouvoirs locaux sous tutelle. En France, la loi du 6 août 1942 modifiant le Code pénal créa une répression spécifique pour les actes homosexuels impliquant un mineur de moins de 21 ans. Et des Français furent déportés pour homosexualité.

Cette histoire est désormais mieux connue, grâce à des recherches récentes que présentera Arnaud Boulligny.
Quelles sont les traces mémorielles de cette répression ? Quelles sont les différences de traitement entre homosexuels et lesbiennes ? Sam Seydieh sur les mouvements LGBT et Suzette Robichon, traductrice de travaux d'historiennes allemandes sur les lesbiennes, répondront à ces questions.
Écrivaine, Brigitte Benkemoun évoquera à travers son livre, Albert le magnifique, l'existence homosexuelle de son grand-oncle, Juif et assassiné à Auschwitz.

Télécharger le programme

Avec

 

Scroll