fr | en

Séparés par des virgules

Laure LEBOUCAncienne étudiante Master Photonique, Signal, Imagerie

 

Laure LEBOUC

Alumni 

Master Photonique, Signal, Imagerie

 

De la licence au Master PSI

Laure est diplômée d'un bac scientifique en 2014. Elle décide d'intégrer la licence MPCIE (Maths, Physique, Chimie, Informatique, Économie) à l'UA dans le but de devenir professeure de mathématiques. Mais Laure se découvre finalement un attrait pour la physique-chimie, qu'elle choisit en spécialisation à la fin du premier semestre. Un domaine où elle s'y retrouve puisqu'on "utilise quand même les maths en physique-chimie".À la même période ouvre le CMI (Cursus Master Ingénierie). Laure intègre alors le CMI PSI (Photonique, Signal, Imagerie), un cursus spécifique en 5 ans s’appuyant sur les formations existantes mais sélectif et plus exigeant.

En Master 2, Laure effectue  un stage au Cerema Ouest à Angers. Son travail concerne alors les mesures de contraste visuel sur des aménagements  et équipements de la voirie et des espaces publics. Elle a pu mobiliser ses connaissances en modélisation de caméra (visionique, optique), traitement d'images et programmation (Matlab, Open CV).

La thèse CIFRE

À la fin de ce stage, Laure se voit proposer de réaliser une thèse CIFRE. "Après une longue réflexion, vu que moi ce n'était pas mon projet de base de faire une thèse, j'ai quand même fini par accepter, parce que c'était un sujet qui m'intéressait et surtout parce qu'il s'agissait d'une thèse CIFRE et que je ne voulais pas effectuer une thèse universitaire". 

D'ailleurs, Laure souligne que le master lui a apporté : "toutes les connaissances nécessaires pour  ensuite continuer en thèse, et plus largement, la façon de réfléchir à un problème, la logique qu'il faut avoir quand on est dans les domaines scientifiques". En attendant que son dossier de thèse se monte, Laure est embauchée comme chargée d'études au Cerema Ouest. Elle travaille sur le projet "SAM" concernant la mesure de l'usure des marquages routiers pour les véhicules autonomes.

Laure débute sa thèse en 2020.  Elle a pour sujet : "Simulation, évaluation et optimisation de la lisibilité nocturne des aménagements urbains : prise en compte des propriétés de réflexion de la lumière par les revêtements pour un éclairage adapté aux différents usagers de l'espace public." Laure souligne les compétences incontournables qu'il lui faut mettre en œuvre dans l'élaboration de cette thèse : l'anglais, la programmation, le traitement d'images, l'optique/sciences de la vision, le travail d'équipe, et l'autoformation.

Et après ? 

À la fin de son doctorat, Laure souhaite se diriger vers un poste "de chargée d'études scientifiques en éclairage au sein du Cerema Ouest - site d'Angers dans l'équipe de recherche Éclairage et Lumière". Ce qui lui permettrait de poursuivre en partie les travaux qu'elle mène.

En attendant, à un étudiant qui souhaiterait emprunter la même voie qu'elle, Laure conseille : "De  se lancer ! Et si vraiment tu vois que ça ne te plaît pas finalement tu pourras toujours changer, il ne faut pas se dire que c'est un échec, ça t'apportera toujours quelque chose. Il vaut mieux changer de voie et recommencer une année plutôt que faire quelque chose qui ne nous stimule pas toute une vie ! ".

 

Scroll