Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Dispositif d'accompagnement (DARE) - Université Angers

Dispositif d'accompagnement à la réussite des étudiants

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Dare, un coup de pouce à la réussite

Visuel du Dare

À partir de cette rentrée, les bacheliers peuvent bénéficier en 1re année d’une aide individualisée de 2 à 4 heures par semaine, dans le cadre du nouveau Dispositif d’accompagnement à la réussite des étudiants (Dare). Un soutien qui peut faire la différence.

Depuis plusieurs années, l’Université d’Angers s’illustre pour son taux de réussite en licence. Près de 60 % des étudiants obtiennent leur diplôme en 3 ans. Un des meilleurs résultats en France. Mais, comme le rappelait au moment de son départ l’ancien président de l’UA, Jean-Paul Saint-André, « cela veut dire aussi que 40 % ne réussissent pas. Et c’est sur eux qu’il nous faut nous concentrer ».

Lancé pour la rentrée 2016, le nouveau Dispositif d’accompagnement à la réussite des étudiants contribuera à cette ambition. Il s’adresse aux étudiants de 1re année boursiers ou issus d’un bac professionnel ou technologique. Les chances de succès des étudiants sortis de ces deux filières sont statistiquement moindres : un sur trois accède en 2e année, contre près de deux sur trois pour les jeunes titulaires d’un bac général. « C’est tout à fait faisable, mais ils peuvent avoir besoin d’être accompagnés, indique Albéric Baumard en charge du projet Dare à la Direction des enseignements et de la vie étudiante de l’UA. Ce sont des bacs qui, à l’origine, ne destinent pas forcément à l’université, et c’est pour cela qu’il est parfois nécessaire d’acquérir certaines bases pour s’adapter rapidement ». Objectif : éviter le décrochage.

Volontariat

L’inscription se fera sur la base du volontariat. L’accompagnement des étudiants prendra deux formes :

  • 1 heure hebdomadaire de prise en charge par un assistant pédagogique, qui aidera le bachelier à devenir étudiant, « à prendre conscience de ce qui doit être mis en œuvre pour réussir en cours ». Les questions méthodologiques seront au cœur de l’intervention. « Ce sera aussi l’occasion de dialoguer, savoir s’il n’y a pas de problèmes d’intégration, d’autres obstacles à la réussite, comme des soucis de logements ou de santé, par exemple, qui pourraient nécessiter l’intervention d’autres services ».
  • 1 à 3 heures par semaine de tutorat par des étudiants de master.

L'accompagnement individualisé débutera dès octobre, et pourra se prolonger toute l’année si nécessaire. Ceux qui le souhaitent pourront à tout moment postuler pour intégrer le dispositif, « si les résultats du 1er semestre ne sont pas satisfaisants. L’équipe enseignante pourra aussi inciter certains à candidater, même si rien n’est obligatoire ».

500 places

Cinq cents places sont ouvertes pour cette première année, dans cinq des sept composantes de l’UA (la Faculté de droit, d’économie et de gestion, la Faculté des lettres, langues et sciences humaines, l’UFR Esthua, la Faculté des sciences et l’IUT), l’UFR Santé et l’Istia disposant de leurs propres systèmes d’accompagnement.

Renseignements complémentaires

• Auprès des référents de chaque composante : Anna Vardanyan (anna.vardanyan @ univ-angers.fr) pour la Faculté de droit, d'économie et de gestion ; Camille Lahbibi (camille.lahbibi @ univ-angers.fr) pour l'UFR Esthua ; Pierre Béguin (pierre.beguin @ univ-angers.fr) pour la Faculté de lettres, langues et sciences humaines ; Laure Kerléo (laure.kerleo @ univ-angers.fr) pour la Faculté des sciences et l'IUT.

• Par téléphone au 02 41 96 22 86.

• Ou par mail : dare-ap @ listes.univ-angers.fr

*
*
*

À savoir

Le projet Dare constitue la réponse apportée par l’UA à l’appel à manifestation d'intérêt Ailes + lancé par le Conseil régional des Pays de la Loire. À ce titre, il bénéficie d’un financement de 880 000 euros sur 3 ans, émanant du Fonds social européen (400 000 euros), de la Région (320 000 euros) et d’une participation de l’UA (120 000 euros).

L’enveloppe permettra de créer 4 postes d’assistants pédagogiques, à compter du 1er septembre 2016, et de financer 2 500 heures de tutorat (une vingtaine d’étudiants au minimum titulaires d’une licence seront recrutés chaque année).