fr | en

Séparés par des virgules

Gabriel Bordier, la tête et les pieds

Étudiant en médecine à l’Université d’Angers, Gabriel Bordier a passé le concours de l’internat en juin dernier avant de s’envoler à Tokyo pour les Jeux olympiques. Il revient sur son été très particulier.

Au mois de juin, plus de 9 000 étudiants en 6e année de médecine ont passé le concours de l’internat, épreuve sélective nationale qui permet de choisir sa spécialité. Parmi eux se trouve Gabriel Bordier, 23 ans. Étudiant à l’UA, il a buché pendant trois jours pour finalement terminer à la 552e place. Un résultat plus qu’honorable. « Ce classement est une bonne surprise, d’autant que je n’avais pas d’attente en particulier et que je suis arrivé un peu fatigué au concours », détaille-t-il.

Pendant que ces camarades soufflaient un bon coup après l’examen, lui a chaussé ses baskets direction la piste d’athlétisme. Car Gabriel Bordier est un féru de la marche à pied. Là aussi, il performe et se retrouve régulièrement à truster les podiums. De quoi décrocher sa qualification au 20 km marche pour les Jeux olympiques. « Je suis arrivé au Japon le 26 juillet, retrace-t-il. Le décalage horaire était difficile à gérer mais nous avons été bien accueillis par les Japonais. L’ambiance globale était tout de même un peu étrange : il fallait rester isolés les uns des autres, manger sur des tables séparées... »

Paris dans un coin de la tête

Le temps de peaufiner les derniers réglages à l’entraînement et l’heure de la compétition arrive à grands pas. Le jour J, mardi 5 août, le double champion de France licencié à l’US Saint-Berthevin (Mayenne) termine à la 24e place, en 1 h 25’23. « Il faisait 32 degrés, les conditions étaient dures pour tout le monde. Je suis un peu déçu de mon classement, notamment parce que je suis parti un peu vite mais c’était la première fois que j’allais au JO. »

Et maintenant ? Après s’être offert quelques jours de vacances en famille et avec des amis pour recharger les batteries, Gabriel Bordier espère intégrer le service rhumatologie au CHU d'Angers d’ici la fin de l’année. En attendant, il continue d’aligner les kilomètres sur piste, avec un objectif en ligne de mire : les championnats de France en octobre à Laval. De quoi décrocher un nouveau titre avant de penser aux JO de Paris dans trois ans.

 

 

 

Scroll