fr | en

Séparés par des virgules

Handiscutant, la soirée qui ouvre des perspectives

Le 6 novembre 2019, a eu lieu la première soirée « Handiscutant », organisée par le Relais Handicap de l’UA. Des étudiant·e·s de 1re année ont pu échanger avec leurs prédécesseurs et obtenir des informations sur les possibilités d’accompagnement par l’UA.

Les participants ont échangé pendant près d'une heure et demie à la Passerelle
Les participants ont échangé pendant près d'une heure et demie à la Passerelle
Une trentaine de personnes se sont retrouvées mercredi à la Passerelle pour cette première soirée Handiscutant : des étudiants de 1re année en situation de handicap, mais également des étudiants de 2e et 3e années venus témoigner de leur parcours, et quelques-uns des 41 étudiants salariés qui partagent le quotidien des étudiants à besoins particuliers, en tant qu’accompagnateurs, tuteurs, preneurs de notes ou secrétaires d’examen.

À l’initiative de la soirée, Julie Besson, référente Handicap de l’Université d’Angers, réfléchit à cet événement depuis longtemps. « Je voulais faire se rencontrer de nouveaux et anciens étudiants en situation de handicap pour qu’ils puissent échanger sur des situations concrètes et partager leurs expériences. C’était aussi l’occasion de me présenter, même si pour la plupart je les ai déjà reçus en rendez-vous individuellement, et d’expliquer comment on peut les accompagner dans leur cursus ».

Comprendre les aménagements

Un médecin du Sumpps (Service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé) a présenté les différents aménagements possibles à l’UA. Des gestionnaires de scolarité ont expliqué l’impact des aménagements mis en place sur leur scolarité et le passage des examens. « Défaillant, absence justifié… Certains termes utilisés dans les services scolarité peuvent être anxiogènes pour de nouveaux étudiants qui ne comprennent parfois que tardivement leur sens. Les collègues ont pu leur expliquer à quoi ils correspondent et les rassurer », indique Julie Besson.

Mélanie, qui a intégré la double licence Lettre/Histoire à la rentrée, voulait justement « en savoir un peu plus sur mes aménagements, explique celle qui est dispensée d’assiduité et bénéficie d’un preneur de notes pendant ses absences. Je voulais aussi rencontrer d’autres personnes, pour savoir comment elles s’en sortaient. Ça m’a rassurée. J’ai vu que certains sont allés jusqu’en licence 3 et même en master. Ça veut dire que c’est possible ».

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

En savoir plus

Julie Besson, référente Handicap de l'UA, est joignable par mail :
julie.besson @ univ-angers.fr
Et par téléphone au 02 41 22 64 20

Scroll