fr | en

Séparés par des virgules

Le moteur de recherche Ecosia installé à l’Université d’Angers

Depuis le 1er septembre, les ordinateurs situés dans les salles étudiantes des campus de l’UA utilisent le moteur de recherche Ecosia. Ce dernier œuvre à un programme de reforestation dans le monde selon le nombre de recherches effectuées.

En six lettres, quel est le moteur de recherche plébiscité par l’UA ? Eh non, ce n’est pas Google mais bien Ecosia ! Ce moteur de recherche allemand reverse 80 % de ses revenus publicitaires à des associations participants à des programmes de reboisement dans une quinzaine de pays. En moyenne, 50 recherches permettent de contribuer à la plantation d’un arbre. Et depuis sa création en 2009, plus de 100 millions d’arbres ont été plantés.

Une initiative originale qui a interpellé cinq étudiants en 5e année à Polytech Angers. « Nous avons découvert Ecosia sur YouTube il y a plus de trois ans, retracent Maxime, Réda, Corentin, Jonas et Lilian. L’idée était ensuite de le présenter au sein de notre école. Nos professeur∙e∙s étaient motivé∙e∙s et le retour des utilisateur∙ice∙s étaient satisfaisants, l’important étant de ne pas impacter leurs habitudes. » « Les étudiants de Polytech Angers ont proposé d’étendre leur démarche à l’ensemble des postes de l’université et après études et analyses de leurs résultats, nous avons décidé d’installer Ecosia sur tous les postes », ajoute Laurent Bordet, vice-président de la Vie des campus.

 « Un petit geste qui peut changer beaucoup de choses »

Depuis le 1er septembre, les 4 000 ordinateurs étudiants concernés de l’UA – répartis sur les campus d’Angers, de Saumur et de Cholet - utilisent désormais Ecosia comme premier moteur de recherche. « Mais il est possible de changer à tout moment », détaille Thierry Oger, chargé de mission Transition écologique.

Tout au long de vos recherches (chacune permet au passage d’éliminer un kilo de CO²), vous pourrez ainsi suivre le nombre d’arbres plantés et vous informez sur d’autres actions en faveur du climat. « Cette démarche est très intéressante en termes de transition. L’UA est à l’écoute de chaque projet porté par les étudiant∙e∙s pour peu qu’il soit construit, réfléchit, et corresponde aux valeurs portées par l’université », poursuit Thierry Oger.

Alors, prêts pour surfer de manière responsable ? Les étudiants de Polytech Angers sont déjà convaincus. « Le Covid a quelque peu retardé la mise en place de ce projet mais nous en sommes fiers. C’est un petit geste qui peut changer beaucoup de choses et c’est notre manière de participer à la protection de l’environnement. »

Scroll