fr | en

Séparés par des virgules

L’art urbain s’invite au Suaps

Depuis le mercredi 16 juin, les étudiant∙e∙s et personnels du Suaps peuvent admirer de nouveaux graffitis dans plusieurs salles du bâtiment. Une initiative culturelle originale signée du collectif nantais Plus de couleurs.

Inviter le sport et la culture dans un même lieu, c’est le pari peu commun mais réussi mené par Alexandre Pietrini, directeur du Suaps, et Antoine, responsable de l’association Plus de couleurs. Quatre graffeurs (Brez, Bulea, Moner et Dino) ont montré leur savoir-faire et techniques au sein du Suaps, sur les murs du rez-de-chaussée, de la salle de musculation, du dojo, et en extérieur, du jeudi 10 au mercredi 16 juin. « Le Suaps est un lieu qui favorise la mixité, la rencontre à travers la pratique sportive, l'échange et le partage : c’est sur ces thématiques que nous avons missionné l’association Plus de couleurs pour couvrir les murs de ses œuvres libres d'interprétation et fortes de messages, détaille Alexandre Pietrini. Le sport et la culture sont des vecteurs de transmission de valeurs et de messages pour conduire à un certain équilibre des citoyens au sein de notre société. »

Raysin avait déjà proposé une identité graphique du Suaps dans la salle de danse l'année dernière tandis qu'Amode, qui n'appartient pas au collectif nantais, avait graffé des colibris dans le gymnase en 2019. 

Suivez le guide !

La visite débute au rez-de-chaussée, espace de rencontres et de déambulations. Ici, le propos de Brez s’articule autour d’un triptyque de personnages illustrant trois axes : la progression, l’effort et la concentration. Plus loin, dans la salle de musculation, l’artiste Bulea a souhaité dynamiser cet espace à travers une composition électrisante. Il livre une interprétation du cheminement de l’impulsion électrique à travers le système nerveux (les formes en valeurs de gris caractérisant la matière grise et blanche présente dans le cerveau) jusqu’aux fibres musculaires (les cylindres gris sont une extension de la main).

Dans le dojo, Dino met lui en avant les forces de l’équilibre. En mouvement constant, elles se transforment progressivement en l’autre, du Yin vers le Yang et inversement. L’harmonie véritable se trouve dans l’équilibre des contraires : une quête intemporelle et perpétuelle représentée par les deux personnages. Enfin, la déambulation se poursuit à l’extérieur avec l’artiste Moner et son graff « Tout donner ». Deux mots, qui résument l’engagement dans le sport et dans la vie, pour ne pas regretter. Une visite culturelle originale à ne pas manquer.

 

Découvrez les fresques

Plus d'infos

Créée en 2007, l’association Plus de couleurs regroupe une dizaine d’artistes de la région. « Nous faisons du graffiti dans l’espace public pour démocratiser cet art urbain et ses différentes pratiques (fresques, street-art, expo…), souligne Antoine, le responsable du collectif basé à Nantes. La passion brûlante du graff et du hip-hop nous a bercé dans les années 1980-1990 et continue de nous rassembler aujourd’hui. Chaque année, nous réalisons une trentaine d’intervention dans des établissements scolaires ou accueillant des jeunes afin de les initier à des ateliers artistiques. Pour le projet du Suaps, je souhaitais mettre le bon artiste au bon endroit : ils valorisent notre savoir-faire et la direction artistique. »

Scroll