fr | en

Séparés par des virgules

Conférence "Métamorphoses du racisme, de l'antisémitisme et de l'antiracisme"

Dans le cadre de la semaine d'éducation et d'actions contre le racisme et l'antisémitisme, l'UA et son référent pour la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, Jimmy Charruau, invitent Michel Wieviorka, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, pour une conférence le lundi 21 mars à 18h à la Faculté de droit, d'économie et de gestion (amphi Volney).

Résumé de la conférence :

Le racisme et l'antisémitisme sont des phénomènes changeants, et en même temps inscrits dans une certaine continuité historique. Ils diffèrent d'un pays à un autre, mais ce sont des phénomènes globaux. Ils sont distincts, mais appartiennent à une même famille de problèmes.

Dans la période récente, le racisme s'est considérablement transformé en France. On a pris conscience qu'il pouvait être indirect, institutionnel, qu'il mettait en jeu non seulement une idée physique, biologique, de la "race", mais aussi des dimensions culturelles -on a alors parlé de néo-racisme, ou de racisme différentialiste. On a parlé de racisme anti-musulmans, ce qui assimile la religion et la "race", de racisme anti-Blancs, ce qui a suscité d'intenses polémiques. L'idée de "race" semble elle-même évoluer, pour être dans certains cas appropriée par des acteurs se disant "racisés". De nouveaux débats se sont ainsi cristallisés ces dernières années, une novlangue est apparue, où il est question de "woke", de "cancel culture",  d'"islamogauchisme", d'islamophobie"...

De même, l'antisémitisme s'est renouvelé à partir de la fin des années 70, avec le révisionnisme de Faurisson et consorts, le terrorisme islamiste et les crimes de Mérah ou de Coulibaly. L'antisionisme a été perçu comme une modalité décisive de l'antisémitisme contemporain, parfois confondue avec lui purement et simplement, et là aussi, les débats se sont déplacés et renouvelés. Tout ceci modifie aussi la nature et les formes de l'antiracisme.

Michel Wieviorka, portrait du conférencier :

Michel Wieviorka, sociologue, est directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Il appartient depuis 2019 au conseil scientifique de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH). Il codirige la plateforme PIRA (Plateforme internationale de recherche sur le racisme et l'antisémitisme).

Ses travaux sur le racisme (La France raciste, Seuil, 1991), l’antisémitisme (La Tentation antisémite, éd. Pluriel, 2006 ; L’Antisémitisme expliqué aux jeunes, Paris, Le Seuil, 2014) ou encore l’antiracisme (Antiracistes, éd. Robert Laffont, 2017), lui ont valu une renommée internationale. Il a également publié en 2021, "Racisme, antisémitisme, antiracisme : apologie pour la recherche" (Éd. La Boite à Pandore).

> Conférence gratuite et ouverte à tous (pas d'inscription nécessaire)
> Lundi 21 mars à 18h 
> À la Faculté de droit, d'économie et de gestion (amphi. Volney)

Scroll