fr | en

Séparés par des virgules

Jean-René Morice, nouveau directeur de l’UFR Esthua

Depuis le 18 mars, Jean-René Morice, ancien vice-président de l'Université d'Angers en charge de la Culture, des Initiatives et de la Communication, a pris la tête de l’UFR Esthua, tourisme et culture créée en 1982 par Michel Bonneau. Il succède à Philippe Violier. Entretien.

Quel bilan tirez-vous de votre fonction de vice-président (2012 à 2021) de l’Université d’Angers ?

Jean-René Morice : Après 9 années bien remplies comme vice-président je prends aujourd'hui avec enthousiasme la direction de l’UFR Esthua, tourisme et culture, pour relever de nouveaux défis. J’ai travaillé aux côtés d’équipes et de directions dynamiques et créatives. Ce fut une expérience très enrichissante. De nombreuses réalisations ont vu le jour. Côté culture, je pense bien sûr à la création de la carte culture pour les étudiant.e.s de l’UA (sur les camps d'Angers, de Saumur et de Cholet). J'ai vraiment souhaité renforcer les liens avec les acteurs culturels des territoires (le Chabada, le Quai, le Festival Premiers plans...). Organisé en 2013 pour la première fois, le Campus day est devenu quant à lui l’événement-phare de la rentrée à l'UA : il rassemble chaque année sur le campus de Belle-Beille les étudiant.e.s, les personnels et partenaires de l’UA pour un jour de fête et de partage. Autres fiertés, la mise en place du festival Spectacurieux ou les trois volumes des Playlists de l’UA… Côté communication, je retiens l’élaboration collégiale de la marque UA, l'affichage des valeurs portées par l’Université d’Angers et sa communauté et l'événement de lancement interne qui avait réuni plus de 400 personnes à la Bibliothèque universitaire. Ce travail de fond et de longue haleine contribue désormais à rendre l'UA plus visible sur son territoire et a permis d'influencer j'en suis convaincu sa notoriété tant à l'échelle locale, que nationale voire internationale.

Quelles sont vos priorités pour ce nouveau mandat ?

J-R.M : Le premier grand chantier auquel je vais m’atteler est la redéfinition de notre offre de formation. Elle reposera sur les trois fondamentaux de l’Esthua que sont le tourisme, l’hospitalité et la culture. Il y a également la volonté de mieux accompagner les initiatives et associations étudiantes avec la création d’un lieu spécifique. Le développement de l’innovation pédagogique avec des capsules numériques de mise à niveau et la mise en place d’une pédagogie à distance avec les partenaires internationaux seront des enjeux forts. De plus, l’alternance va continuer de constituer un point de développement important pour l’UFR. La professionnalisation de nos formations, tout comme la dimension internationale, vont être des objectifs stratégiques. Dans le cadre de la politique d’attractivité des masters de l'UA, ceux de l’UFR Esthua tourisme et culture seront confirmés. Il faut continuer sur cette dynamique.

Quelle place allez-vous accorder à la recherche au sein de l’Esthua ?

J-R.M : La recherche en tourisme est pluridisciplinaire et engage tous les enseignants-chercheurs de l’UFR rattachés aux laboratoires Eso et Granem. Dans ce cadre, 28 doctorants sont actuellement encadrés par les collègues de l'UFR Esthua. Un Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Etudes touristiques a aussi récemment été crée à l'initiative de l'Esthua, pour participer à ce rayonnement de la recherche en tourisme. Ce GIS soutenu par le CNRS réunit 18 établissements d'enseignement supérieur de tout le grand Ouest, de Caen à Bordeaux, soit 150 chercheurs. Aujourd'hui, la recherche représente un axe majeur de développement pour l'Esthua, notamment  à l'échelle internationale. Preuve en est, le dernier colloque scientifique organisé sur le tourisme au Mexique dans le cadre du FIT 2021.

 

Bio express

Après des études de géographie à l’Université d’Angers, Jean-René Morice entame une thèse de géographie. En 2003, il devient maître de conférences à l’UFR Esthua puis devient responsable des relations internationales trois ans plus tard. Jusqu’en 2012, il conforte et implante la place de l’Université d’Angers en Asie. Il devient ensuite Vice-président de l’Université d’Angers en charge de la Culture et des Initiatives ainsi que de la Communication et conserve, en parallèle, la direction du département Culture de l’UFR Esthua. Membre du laboratoire ESO, il soutient en 2019 une habilitation à diriger des recherches (HDR) en géographie. Le 18 mars 2021, il succède à Philippe Violier et devient ainsi le troisième directeur de l’Esthua.

Scroll