fr | en

Séparés par des virgules

Pour ses 50 ans, l'UA se raconte en podcasts

Dans le cadre des 50 ans de l’Université d’Angers, des témoignages sonores ont été enregistrés par l'Association des retraités de l'UA (ARUA). Ces podcasts donnent la parole aux pionniers de l'établissement et sont disponibles en ligne sur le site des 50 ans et Spotify.

De l’origine des facultés de droit, lettres, sciences et santé, aux bals de l’IUT, en passant par le virage numérique entrepris dans les années 2000, sans oublier la création de l’Istia (aujourd’hui devenue Polytech Angers) ou encore la visite de Lionel Jospin… Revisitez l’histoire de l’Université d’Angers sous toutes ses formes grâce à une quarantaine (et bientôt cinquante !) de podcasts.

Divisés en six parties (la genèse (avant 1971), les débuts (après 1971), le développement, l’innovation comme moteur, la vie à l’UA et paroles de présidents), ils retracent 50 ans d’histoire du point de vue des acteurs clés de l’époque : ancien.n.e.s enseignant∙e∙s, personnels administratifs et techniques, premier∙e∙s président∙e∙s et étudiant.e.s partagent leurs souvenirs. 

On y découvre les débuts compliqués de l’UA en raison des locaux rudimentaires ou d’un manque de personnel, puis les premières formations proposées. Sont également détaillées l’arrivée d’Internet et ses conséquences, ou les manifestations étudiantes de 1975. Derrière ces années de construction et de développement, c’est aussi une certaine histoire de la société qui y est contée.

Et puis, comment ne pas se délecter de ces témoignages précieux, à mi-chemin entre la confession et l’anecdote cocasse, de ceux et celles qui ont contribué, chacun à leur manière, à écrire l’histoire de l’Université d’Angers.

Les podcasts sont à retrouver sur le site dédié aux 50 ans de l’UA ou sur Spotify.

Remerciements

L'Université d'Angers tient à remercier l'ARUA, et en particulier Noëlle Gaudin et Jean-Pierre Charlot, pour la collecte des témoignages sonores, avec l'aide de la direction de l'audiovisuel pour les moyens techniques et de la direction de la communication pour la sélection des enregistrements et le montage. 

« Ces interviews ont été extrêmement agréables à mener, nos locuteurs, très prolixes diront certains mais certainement enthousiastes dans leur contribution à ce projet, faisant preuve d’une mémoire incroyable et rendant leurs témoignages d’autant plus vivants, détaille Noëlle Gaudin. On comprendra qu’avec un tel dynamisme dès le départ, notre université ait ensuite eu une telle trajectoire. Voilà ce que j’ai pu ressentir au cours de ces face à face, tout en percevant la présence d’un sentiment sous-jacent de fierté chez nos interviewés, fierté d’avoir appartenu à l’Université d’Angers, fierté teintée d’humour aussi à l’évocation de certains combats qu’ils avaient dû mener. »

Scroll