fr | en

Séparés par des virgules

Soutenance de thèse de Madame Mawuena Gott' Liebe GOKA

11h00 | ESA | 55, rue Rabelais | ANGERS

Sujet : Contribution à la valorisation des agro-ressources : Cas du Solanum lycopersicum L. cultivé au Togo 

Directeur de thèse : Monsieur Pierre PICOUET

RÉSUMÉ

Les pertes après récolte des fruits et légumes saisonniers sont considérables dans les pays tropicaux et peuvent être évaluées à près de 50%. Au Togo, les pertes post-récolte ont été identifiées comme l'une des principales causes des problèmes de pénurie alimentaire en particulier, pour la tomate. Notre étude vise la valorisation de la surproduction saisonnière de trois variétés de tomate locale « Aklikonvi, Tohounvi et Pomvi » par la mise au point des techniques de transformation en purée de cette denrée. Les travaux ont porté d’une part sur les facteurs occasionnant les pertes post-récolte et d’autre part les aspects microbiologiques et physico-chimiques de la conservation de la purée de tomate de fabrication artisanale. Les résultats indiquent que 42% des tomates sont perdues pendant la grande saison et 90% pendant la petite saison dues aux aléas climatiques, aux maladies, des attaques de parasites et des ravageurs sur les cultures. Cette détérioration de tomate est liée également au manque d’infrastructures adéquats qui entrave la chaîne de valeur. Les analyses microbiologiques réalisées, indiquent que les purées produites mis en bouteilles non entamées sont de qualité satisfaisante et peuvent être conservées pendant 2 ans sans affecter de façon significative le pH. Les purées ne contiennent pas de levures ni moisissures, ni de germes anaérobies sulfito réducteurs, ni de coliformes totaux. Sur le plan physico-chimique, les purées produites contenaient des antioxydants bénéfiques à la santé : du lycopène (3,94 mg à 7,36 mg/100 g), de la vitamine E (0,38 mg à 1,14 mg/100 g), du β carotène (0,27 mg à 0,56 mg/100 g), et aussi des sucres (tels que le fructose : 0,75 mg à 1,56 mg/100 g ; glucose : 0,78 mg à 1,52 mg/100 g) quelle que soit la variété. La production locale n'est pas assez développée pour pouvoir fournir des tomates transformées localement ; ainsi une méthode développée 
au laboratoire LAMICODA a été utilisée et le processus a été adapté pour être maîtrisé par tout producteur local.

Télécharger l'avis de soutenance de thèse

Scroll