fr | en

Séparés par des virgules

Soutenance de thèse de Madame Delphine DOUILLET

15h00 | UFR Santé | Département Médecine | Amphi Ambroise Paré | 28, rue Roger Amsler | ANGERS

Sujet : Traumatologie non grave, risque vasculaire et anticoagulation en médecine d'urgence : vers une médecine personnalisée

Directeur de thèse : Monsieur Pierre-Marie ROY

RÉSUMÉ

Les traumatismes isolés des membres inférieurs nécessitant une immobilisation orthopédique sont fréquents aux urgences. Ils sont pourvoyeurs d’événements thromboemboliques veineux dans 2% des cas environ avec de grandes variations en fonction des patients. Actuellement, l’intérêt d’une thromboprophylaxie est débattu, une individualisation de la décision étant suggérée sans que les modalités n’en soient établies. Le premier objectif de notre travail de thèse a été d’établir une stratification du risque thromboembolique veineux chez les patients traumatisés d’un membre inférieur nécessitant une immobilisation. Pour cela, à partir des caractéristiques du traumatisme, de l’immobilisation et du patient, nous avons élaboré un score de risque via une méthode Delphi par un consensus d’experts internationaux : le score TIP. Simultanément, l’équipe Leiden a dérivé un autre score de risque à partir d’une étude cas-témoin. Considérant que ces deux scores étaient proches et complémentaires, dans le cadre d’une collaboration entre nos deux équipes, nous avons élaboré et validé rétrospectivement un score combiné : le score TRiP(cast). Un score TRiP(cast)<7 permettrait d’individualiser un large sous-groupe de patients traumatisés ayant un très faible risque d’accident thromboembolique symptomatique (<1%). Afin de démontrer que ces patients pouvaient ne pas avoir de traitement préventif sans sur-risque, nous avons élaboré une étude multicentrique prospective randomisée en stepped-wedge financée dans le cadre d’un PHRC-interrégional. Les inclusions sont terminées et les résultats sont attendus pour début 2022. Les patients avec un score TRiP(cast) > 7 ont un risque élevé d’accident thrombotique justifiant une thromboprophylaxie. Afin de déterminer quel était le meilleur traitement à leur proposer, nous avons réalisé une méta-analyse en réseau. Dans ce travail, le rivaroxaban est la molécule semblant avoir l’efficacité la meilleure. Afin de confirmer ce résultat, nous avons élaboré une étude multicentrique randomisée contrôlée comparant le rivaroxaban à un traitement par héparine de bas poids moléculaire. Cette étude financée dans le cadre d’un PHRC national débutera en 2022. Les perspectives ultérieures sont d’évaluer la place de l’aspirine et l’intérêt de la thromboprophylaxie en traumatologie pédiatrique.

 

Télécharger l'avis de soutenance de thèse

Scroll