fr | en

Séparés par des virgules

Visioconférence | Soutenance de thèse de Madame Anne PATSOURIS

10h00 | Institut de Cancérologie de l'Ouest | AMPHI | 15, rue André Bocquel | ANGERS

Sujet : Subclassification des tumeurs du sein luminales à un stade précoce par cartographie protéomique SWATH-MS

Directeur de thèse : Monsieur Mario CAMPONE

RÉSUMÉ

Les cancers du sein RE+/HER2- sont une entité très hétérogène. Les cliniciens disposent d’un ensemble de facteurs cliniques, histologiques et génomique afin de considérer des groupes à bas risque ou haut risque de rechute, pour lesquels une désescalade ou une escalade thérapeutique systémique peut être envisagée. Ceci nécessite d’identifier, à l’échelle moléculaire, les acteurs tumoraux (notamment de la voie oestrogènique) et les acteurs du microenvironnement qui sous-tendent ce risque de rechute, ainsi que d’éventuels mécanismes adaptatifs d’emblée présents, à la base d’une résistance aux traitements systémiques. De manière intégrée à d’autres approches « omiques », l’analyse du protéome permet pleinement d’appréhender l’hétérogénéité tumorale. L’approche SWATH-MS est une approche d’identification et de quantification des protéines, fondée sur une acquisition indépendante des données, à l’aide de spectromètres de masse de haute résolution. Dans le cadre cette thèse, a été réalisée l’analyse du protéome par SWATH-MS de 157 échantillons congelés de carcinomes non spécifiques mammaires infiltrants RE+/HER2-, naïfs de traitement, de patientes ayant toutes reçu une chimiothérapie et une hormonothérapie adjuvante. Une analyse supervisée a permis d’identifier 20 protéines dont la surexpression (11) ou la sousexpression (9) étaient corrélées à la rechute métastatique. Une approche non supervisée a distingué deux entités de pronostic clairement distinct : C1, de pronostic péjoratif, associé à des processus biologiques en lien avec une forte synthèse protéique, l’épissage, ainsi que des protéines du cytosquelette; C2 de pronostic plus favorable, associé à une une forte réponse immune, en faveur d’un priming lymphocytaire T. La présence d'un sous-groupe, de bon pronostic, avec une forte réponse immunitaire, pourrait être soit liée à une évolution naturelle tumorale plus favorable (immunosurveillance?), soit à une immunomodulation en lien avec les thérapies systémiques reçues, notamment une chimiothérapie.

Télécharger l'avis de soutenance de thèse

Scroll