fr | en

Séparés par des virgules

Chimie : Sébastien Goeb primé

Membre du laboratoire Moltech, Sébastien Goeb a reçu le prix Jeune chercheur du Groupe de chimie supramoléculaire de la Société chimique de France.

Sébastien Goeb
Sébastien Goeb
Titulaire d’un doctorat de l’Université de Strasbourg, Sébastien Goeb a rejoint Moltech-Anjou en 2009 comme chargé de recherche CNRS après deux post-doctorats, aux États-Unis et à Marseille. Sa spécialité : la chimie supramoléculaire « qui s’appuie sur des interactions faibles entre molécules et atomes », explique le chercheur de 41 ans. « Notre objectif est de fabriquer des molécules ou édifices complexes par auto-assemblage à partir de briques moléculaires simples. Concrètement, on conçoit dans un premier temps des molécules relativement simples, on les synthétise, avant de les assembler. Nous cherchons à ce qu’elles s’auto-organisent dans des structures complexes  auxquelles nous n’aurions pas accès par les méthodes de synthèse conventionnelles ».

Grâce à cette méthode, Sébastien Goeb travaille à créer des cages moléculaires capables à la fois d’encapsuler d’autres molécules - dites « invitées » - et de réagir à un stimulus électrochimique. Un peu à la manière d’un dompteur qui appuierait sur un interrupteur électrique pour ouvrir et fermer la cage aux fauves. Schématiquement.

« Nous sommes dans une vision fondamentale de la recherche. Nous mettons au point de nouveaux concepts pour mieux appréhender les mécanismes moléculaires, sans chercher forcément le développement d’applications », prévient le chimiste. « Mais on peut imaginer utiliser ces cages dans des opérations de dépollution par exemple, en emprisonnant les polluants, ou dans le domaine des médicaments, pour transporter et délivrer au bon endroit des principes actifs ».

Nouveaux matériaux

Depuis quelques années, Sébastien Goeb a développé un second axe de recherche, en lien avec les activités phares de Moltech et de l'EUR LumoMat-E, autour des nouveaux matériaux organiques (à base de carbone) utilisables dans l’électronique et le photovoltaïque du futur. « On synthétise toujours des cages supramoléculaires auto-assemblées, mais cette fois, on essaie de contrôler l’entrelacement pour générer un nouveau type de matériaux compacts qui pourraient apporter de nouvelles possibilités dans le photovoltaïque »

Les recherches menées par Sébastien Goeb depuis le début de sa carrière ont été saluées par la Société chimique de France. Elle lui a attribué au début de l’été le prix Jeune chercheur du groupe de chimie supramoléculaire. « C’est une distinction avant tout honorifique, mais qui fait plaisir : cela veut dire que vos travaux sont reconnus par vos pairs », confie le chercheur angevin. Il présentera ses travaux lors du congrès du Groupe de chimie supramoléculaire, reporté à 2021 en raison du contexte sanitaire. Ce sera là où tout a commencé pour lui, à Strasbourg.

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Scroll