fr | en

Séparés par des virgules

Moltech : deux scientifiques primés pour leur banc de mesures

Olivier Alévêque et Éric Levillain et ont reçu le prix d’instrumentation 2019 de la Division Chimie Physique, décerné conjointement par la Société chimique de France et la Société française de physique. Les deux membres du laboratoire Moltech-Anjou ont été récompensés pour la mise au point d’un banc de mesures spectroélectrochimiques surpuissant. 

Éric Levillain et Olivier Alévêque devant le banc de mesures primé
Éric Levillain et Olivier Alévêque devant le banc de mesures primé
D’une 2 CV, ils ont fait une Ferrari. C’est de manière imagée ce qu’on réussit à réaliser Olivier Alévêque, ingénieur de recherche CNRS, et Éric Levillain, directeur de recherche CNRS. Les deux scientifiques ont mis au point un banc de mesures spectroélectrochimiques « dédié à l'étude, en temps réel et en fonction du potentiel appliqué, des caractéristiques optiques d’une molécule électroactive au voisinage d'une électrode ou d'une électrode modifiée par une couche électroactive ».

Leur banc repose sur la combinaison de deux techniques : l'électrochimie (discipline qui s'intéresse aux relations entre la chimie et l'électricité) et la spectroscopie (étude des spectres des rayonnements électromagnétiques émis ou absorbés par une substance ou un matériau). Ce couplage n’est pas neuf. Son utilisation a débuté il y a plus de 50 ans. Mais les deux membres de Moltech-Anjou l’ont rendue beaucoup plus performante.

Deux ans de développement

Nouveaux détecteurs puissants, fibres optiques, développement d’algorithmes capables de traiter les signaux… durant 2 ans, grâce notamment à leur complémentarité et à des crédits obtenus dans le cadre du Contrat de plan État-Région, Éric Levillain et Olivier Alévêque ont travaillé à l’amélioration de l’outil, pour affiner sa capacité de détection. « Nous sommes désormais capables de détecter les variations de lumière sur des objets de dimensionnalité nanométrique, explique Éric Levillain. Au niveau de la technologie, c’est ce qui existe de plus précis. Cela nécessite de pouvoir mesurer des signaux optiques très faibles et d’être capables de ressortir cette information du bruit ambiant grâce à un important traitement de données ».

Nombreuses applications

Les applications d’un tel système de mesures sont multiples : capteurs, électronique organique, traitement de surfaces… « À Moltech, nous travaillons sur des nanomatériaux à propriétés électroniques spécifiques qui peuvent changer de couleurs sous potentiel électrique. Nous allons désormais pouvoir suivre ces variations qui sont une signature des matériaux étudiés ». Et recueillir de nouvelles informations susceptibles de faire avancer la recherche.

Pour leurs travaux, les deux scientifiques ont reçu le 7 octobre 2019 à Biarritz, le prix d’instrumentation de la Division Chimie Physique. Il est décerné chaque année, conjointement par  deux grandes sociétés savantes, la Société chimique de France et la Société française de physique.   

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Scroll