fr | en

Séparés par des virgules

L’UA soutient l’étude Hycovid

L’hydroxychloroquine a-t-elle un impact positif chez les patients Covid à haut risque d’aggravation ? C’est la question à laquelle se propose de répondre, avec certitude et neutralité, l’étude Hycovid lancée le 1er avril 2020 par le CHU d’Angers en collaboration avec 36 autres hôpitaux français. La démarche est soutenue par l’Université d’Angers, comme l’explique son vice-président Recherche, Philippe Simoneau.

Pourquoi l’UA a-t-elle choisi de soutenir cette étude ?

Philippe Simoneau : Il s’agit d’un projet recherche multicentrique sur le CoVID 19 coordonné par un collègue PU-PH en infectiologie, le professeur Vincent Dubée, qui a pour objectif d’acquérir de meilleures connaissances sur l’intérêt de l’hydroxychloroquine dans le traitement de la maladie et de faire la lumière sur les doutes actuels. L’objectif est d’obtenir des faits, des preuves, au-delà des intuitions et des polémiques. L'université a un rôle très important pour promouvoir une approche des décisions publiques fondée sur la science. Les recherches sur le coronavirus sont une priorité nationale et c’est une fierté pour l’Université d’Angers de soutenir la recherche en santé de notre site.

Quels sont, selon vous, les mérites de l'approche méthodologique retenue ?

PS : Il s’agit d’une étude multicentrique, c’est-à-dire impliquant 37 établissements hospitaliers répartis sur le territoire français, avec une cohorte de patients significative (1300 patients infectés en stade précoce mais identifiés comme à risque de développer une forme grave). La moitié, désignée au hasard, suivra en plus des traitements habituels, le traitement testé et l’autre recevra un placebo aux mêmes caractéristiques apparentes. Ni les soignants, ni les patients ne sauront s’il s’agit du traitement ou du placebo qui est administré ; c’est ce qu’on appelle une étude randomisée en double aveugle.

Quelle forme va prendre le soutien de l'UA à ces recherches ?

PS : Les responsables de l'étude sont des hospitalo-universitaires, ils sont à la fois personnels du CHU et de l'Université d’Angers. Nous sommes en lien avec les responsables du CHU pour définir avec eux si le concours d'autres personnels de soutien à la recherche leur serait utile, notamment dans l’analyse des données recueillies.

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Des questions ?

Pour faire la lumière sur l'étude Hycovid, le CHU d'Angers a mis en ligne le dossier de presse complet et une foire aux questions répondant aux interrogations les plus fréquemment exprimées.

En savoir plus

Scroll