fr | en

Séparés par des virgules

Piéger les cellules cancéreuses : le projet Gliosilk

Porté par l’équipe Gliad du Centre de recherche en cancérologie et immunologie Nantes-Angers (CRCINA), le programme Gliosilk vise à mettre au point un piège à cellules tumorales pour empêcher les récidives de glioblastome, le plus agressif des cancers du cerveau. Le projet est soutenu pour 3 ans par la plateforme européenne de financement EuroNanoMed.

Le glioblastome est la forme la plus fréquente et la plus agressive de cancer du cerveau (2700 cas chaque année en France). Son traitement s’appuie généralement - quand l’opération est possible - sur une intervention chirurgicale visant à ôter les zones tumorales, complétée par une radiothérapie et une chimiothérapie. Malgré cet arsenal thérapeutique, la récidive est quasi systématique, et l’issue fatale. La survie médiane avoisine les 15 mois.

Pour tenter de contrer cette fatalité, le programme de recherche Gliosilk va explorer une nouvelle approche. Il a pour but de mettre au point un piège capable d’attirer et de retenir les cellules tumorales qui se développent lors des récidives. « Habituellement, on essaie d’aller cibler les cellules tumorales pour les détruire. Nous, nous souhaitons créer un leurre environnemental, qui va attirer les cellules cibles dans un piège, une zone contrôlée capable à la fois de les confiner et de les tuer », explique le neurobiologiste Emmanuel Garcion, directeur de recherche Inserm. Responsable de l’équipe Gliad du CRCINA, spécialisée dans le design et l’application de traitements locaux innovants contre le glioblastome, le scientifique angevin coordonne le nouveau projet de recherche européen Gliosilk. Celui-ci a été retenu lors de l’appel à projets Era-Net EuroNanoMed III, qui vise notamment à soutenir le développement de technologies innovantes dans le domaine des nanomédecines.

À compter de mars 2020 et pour 3 ans, le consortium engagé dans Gliosilk (voir le détail ci-contre) bénéficiera d’un soutien européen à hauteur de 830 000 euros. Parmi les cinq partenaires : l’entreprise espagnole de biotechnologie Nasasbiotech qui teste actuellement en première mondiale un piège tumoral sur des cancers ovariens. « Les premières publications sur les pièges à tumeurs remontent seulement à 5-6 ans, précise Emmanuel Garcion. C’est vraiment un concept en devenir ».

Un piège environnemental pour cellules tumorales

Emmanuel Garcion coordonne le projet Gliosilk
Emmanuel Garcion coordonne le projet Gliosilk
Le piège envisagé pour lutter contre les récidives de glioblastome sera implanté dans la cavité résultant du retrait de la tumeur initiale. Il reposera sur une matrice, composée « de bio-polymères de grade pharmaceutique permettant de structurer une éponge d'aérogel constituant un hydrogel mou lorsqu’hydraté ». Cette matrice support micro-nanostructurée ou « squelette » contiendra une protéine (SDF-1α) capable d’attirer les cellules tumorales. Voilà pour la théorie. Reste à optimiser le développement de l’objet, à étudier sa biocompatibilité et à évaluer son efficacité sur différents modèles non-humains, tout en envisageant les conditions du transfert de la technologie. C’est l’objet des trois prochaines années de recherche.

Afin d’éliminer les cellules tumorales piégées, deux approches peuvent être envisagées : une nouvelle intervention chirurgicale pour retirer le piège (comme pour les cancers ovariens), ou, une radiothérapie ciblée. L’équipe Gliad développe et dispose actuellement de nanocapsules lipidiques pouvant transporter un radioélément, le rhénium 188, jusqu’aux cellules à éradiquer. Les résultats des études pré-cliniques utilisant ces vecteurs « radiopharmaceutiques » sont probants. Ces nanocapsules seront également testées dans le cadre du piège tumoral.

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Les cinq partenaires de Gliosilk

  • CRCINA (Inserm, Université d’Angers)

  • Instituto de Investigación Sanitaria (Idis), de Saint-Jacques-de-Compostelle, Espagne

  • Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes (CHUGA), Grenoble, France

  • Azienda Unità Sanitaria Locale - IRCCS di Reggio Emilia (AUSL-IRCCS), Reggio d’Émilie, Italie

  • Nasasbiotech, La Corogne, Espagne
Scroll