fr | en

Séparés par des virgules

Ouest Valorisation nouvel actionnaire de Gliocure

La start-up angevine GlioCure, spécialisée dans le traitement des tumeurs cérébrales, accueille Ouest Valorisation comme actionnaire minoritaire. Un nouveau développement pour cette société dérivée de l'Université McGill à Montréal et de l'Université d'Angers.

Joël Eyer, Louis-Marie Bachelot et Claire Lépinoux-Chambaud sont à l'origine de Gliocure
Joël Eyer, Louis-Marie Bachelot et Claire Lépinoux-Chambaud sont à l'origine de Gliocure
Depuis sa création en 2016, la start-up angevine Gliocure ne cesse de se développer. La société dérivée de l’Université McGill à Montréal et de l’Université d’Angers (UA) a pour ambition de devenir un acteur majeur du marché pharmaceutique de la neuro-oncologie au niveau mondial. Pour cela, les moyens financiers à engager sont conséquents. Ainsi, au printemps dernier, la start-up a réussi un tour de financement de 600 000 €. Dernière étape de ce développement économique : l’entrée à son capital de la Société d’accélération du transfert de technologies (Satt) Ouest Valorisation. Cette dernière sera actionnaire minoritaire à hauteur de 20%.

Une longue relation

Depuis ses débuts, Gliocure peut compter sur le soutien de Ouest Valorisation que ce soit pour le dépôt de brevets ou des programmes de maturation. Dans cette logique, la Satt avait investi plusieurs dizaines de milliers d’euros avant même la création de la start-up, en 2016, qu’il fallait rembourser : cette créance de départ s’est transformée en parts de capital. « Au-delà de l’impact positif sur notre structure financière, l’entrée de la Satt au capital de Gliocure est pour nous une formidable marque de confiance », se réjouit Louis-Marie Bachelot, président de Gliocure.

La start-up est sur le point d’entrée en préclinique réglementaire – dernière étape avant les essais chez les patients – avec son premier produit intitulé GC01iv. Celui-ci est une molécule qui devrait devenir un médicament pour stopper la division, et donc la multiplication, des cellules cérébrales cancéreuses pour le traitement du glioblastome, la tumeur du cerveau la plus fréquente et la plus agressive, responsable de près de 200 000 décès par an.

« Un soutien constant »

« J’ai commencé à travailler sur le peptide GC01 lors de ma thèse de neurosciences au sein du laboratoire de neurobiologie et transgénèse du Dr. Joël Eyer à l’Université d’Angers. J’ai ainsi pu constater le soutien constant que Ouest Valorisation a apporté à cette innovation thérapeutique », souligne Claire Lépinoux-Chambaud. L’ancienne doctorante à l’UA est la directrice générale et responsable recherche chez Gliocure. Avant de rejoindre la start-up, elle avait conduit au sein de l’Institut de recherche et d’ingénierie en santé (IRIS) de l’Université d’Angers, un programme de maturation engagé par la Satt Ouest Valorisation.

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Scroll