fr | en

Séparés par des virgules

Le tourisme en temps de crise(s)

Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Études touristiques est porté par l’Université d’Angers et piloté par l’UFR Esthua depuis 2019. Il organisait les 2e Assises de la recherche en tourisme vendredi 9 juillet.

Après un premier rendez-vous en début d’année portant sur les avancées du GIS, les chercheur∙e∙s et professionnels du tourisme se sont retrouvé∙e∙s en présentiel et distanciel pour échanger sur le tourisme en temps de crise(s) vendredi 9 juillet. Un sujet d’actualité en raison du contexte sanitaire - et climatique - qui a de nombreuses conséquences au niveau national puisque le secteur a perdu entre 70 et 80 % de son chiffre d’affaires en 2020. « L’idée était d’évoquer la manière dont le tourisme évolue plutôt que de parler d’une crise en elle-même, détaille Philippe Duhamel, directeur du GIS et professeur de géographie. Plus de 70 personnes ont répondu présent à cet événement et il était intéressant de croiser les travaux des chercheur∙e∙s avec les observations des professionnels. »

« Le tourisme continuera de s’adapter »

Le matin, trois chercheur∙e∙s ont analysé les effets des crises sur les dynamiques touristiques. Johan Vincent, du laboratoire ESO, a évoqué les enjeux et conséquences inattendus de la Première Guerre mondiale sur le tourisme, avec la création des lieux de mémoire par exemple. Gwenaëlle Grefe, membre du Granem, a détaillé l’innovation de l’offre en hôtellerie-restauration tandis que Jacques Mourey, chercheur à l’Université de Lausanne (Suisse), a souligné les nouveaux enjeux de la pratique de l’alpinisme à l’épreuve du changement climatique, notamment les évolutions d’itinéraires dues à la fonte de la neige.


Nolwenn Dupuis, directrice commerciale de Mélia France, Christophe Marchais, directeur général adjoint d'ADN Tourisme, Hermine De Saint-Albin, journaliste et animatrice, Olivier Glasberg, directeur associé chez Succès Voyage.
L’après-midi, les professionnels du secteur (compagnie aérienne, tour opérateur, hôtellerie, association rassemblant les offices de tourisme) ont livré un premier bilan du tourisme en période de crise sanitaire à l’occasion d’une table-ronde. « Selon eux, il n’y aura pas de changements importants concernant la pratique du tourisme : il sera toujours présent et continuera de se développer et de s’adapter, souligne Philippe Duhamel. Les voyageurs quant à eux ne remettent pas en cause leurs vacances même s’ils prennent de plus en plus en compte l’aspect écologique. » Dominique Peyrat-Guillard, membre du Granem, a conclu ses Assises en détaillant des perspectives de recherche pour les prochaines années à partir d'articles de plusieurs revues scientifiques. 

Scroll