fr | en

Séparés par des virgules

L’océan à la loupe

Doctorant à l’Université d’Angers et membre du laboratoire LPG, Corentin Guilhermic a participé vendredi 24 septembre à la Nuit des chercheur∙e∙s. L’occasion d’en savoir plus sur son domaine de prédilection : les foraminifères.


Les doctorant∙e∙s présent∙e∙s à la Nuit des chercheur∙e∙s : Corentin Guilhermic, Maxime Daviray, Marie Fouet, Pauline Depuydt et Mohammed Barhdadi.

Avec plus de 600 visiteur∙e∙s à la bibliothèque universitaire de Saint-Serge et à la Faculté de droit, économie et gestion vendredi 24 septembre, la Nuit des chercheur∙e∙s a connu un franc succès.

Parmi les stands présents, celui du Laboratoire de planétologie et géodynamique (LPG) invitait les plus curieux à découvrir le rôle des foraminifères. « Ce sont sont des organismes présents dans tous les océans du monde, précise Corentin Guilhermic. Ils mesurent entre quelques micromètres et deux centimètres et permettent de dater les couches de roches sédimentaires. Ils sont également étudiés en tant que bio indicateurs car ils témoignent de l’environnement dans lequel ils vivent. C'est utile afin de connaître les différents types de perturbation, comme les pollutions, qu’ils peuvent subir. »

Pour sa première participation à la Nuit des chercheur∙e∙s, le doctorant a apprécié l’exercice. « Le bilan est très positif car cela permet d’avoir de la visibilité scientifique pour le grand public et d’inspirer les plus petits. On a pu également présenter l’exposition qui se déroule actuellement au Muséum des sciences naturelles à Angers. Le seul regret est de ne pas avoir proposé aux personnes intéressées toutes les activités ludiques prévues en raison du contexte sanitaire. »

La Norvège comme terre de recherche


Echantillonnage de sédiments en milieu côtier.
Passionné par les géosciences depuis le collège et fasciné par les environnements froids et polaires, Corentin Guilhermic a obtenu une licence en Géosciences et environnement à l’UA, puis a poursuivi ses études à l’Université de Bordeaux avec un master Sciences de la mer. Il s’est rendu en Norvège en janvier 2020 pour un stage de six mois. « Je voulais une expérience internationale concernant les géosciences marines, et développer en parallèle mon anglais, détaille-t-il. Au sein d'un laboratoire de Tromsø, je m’intéressais à l’historique d’un dégagement de méthane dans l’océan par l’étude des foraminifères. »

Actuellement en deuxième année de thèse à l'UA, Corentin Guilhermic étudie désormais l’impact de la fonte des glaciers arctiques sur les micro-habitats sédimentaires. Il est ainsi retourné en Norvège en mai et août 2021 collecter des échantillons sur l’archipel de Svalbard. « Lorsqu’ils fondent, les glaciers apportent des sédiments (telle l’argile par exemple) qui perturbent l’environnement : les organismes sont enterrés et cela modifie aussi l’équilibre chimique dans le sédiment. »

Après la Nuit des chercheur∙e∙s, Corentin Guilhermic entend bien poursuivre sa mission de vulgarisation auprès du grand public. « Je compte participer à quelques congrès et surtout, à Ma thèse en 180 secondes l’année prochaine. Ensuite, j’aimerais continuer un post-doctorat à l’étranger. Pourquoi pas dans un pays tropical pour changer. »

Exposition au Muséum des sciences naturelles

« Les foraminifères : l’océan à la loupe » au Muséum des sciences naturelles, 43, rue Jules-Guitton à Angers, jusqu’au 3 juillet 2022. Ouverture du mardi au dimanche de 10 h à 18 h.

Renseignements : musee.angers.fr et 02 41 05 48 50. Tarif : 2 € et 4 €.

Exposition réalisée en partenariat avec le LPG, l’Université d’Angers, et l’Ecole européenne supérieure d’art de Bretagne.

Scroll