fr | en

Séparés par des virgules

Chercheur∙e∙s et étudiant∙e∙s planchent sur les nanomédecines

Le 4e congrès international dédié au master Nanomed, coordonné par l’Université de Paris et dont l’UA est partenaire, s’est déroulé en format hybride du 7 au 9 juillet. L’occasion pour les étudiant∙e∙s et chercheur∙e∙s d’échanger sur les nanomédecines translationnelles.

Organisé par une équipe du laboratoire Mint de l’UA, ce workshop a réuni 79 personnes dans l’amphithéâtre de la Faculté de droit tandis que plus de trente personnes ont suivi ces échanges depuis chez eux. « L’organisation de ce congrès en format hybride est un succès malgré le contexte sanitaire », détaillent Emilie Roger, responsable du master européen Nanomed pour l’UA, et Marie-Claire Venier, responsable pédagogique du master 2 NanoPharma.

La présentation des étudiant∙e∙s saluée

Les six conférencier∙e∙s invité∙e∙s ont repris les étapes critiques du processus de développement d’un médicament, de sa conception à son application clinique, sans oublier sa caractérisation et son interaction avec des milieux biologiques.


Les étudiants de première et deuxième année, accompagnés de leurs enseignants.

Ces journées étaient également l’occasion pour les étudiant∙e∙s de 1ere et de 2e année de présenter leurs posters ou de soutenir leur stage lors des conférences, au même titre que les autres jeunes chercheur∙e∙s présent∙e∙s. Un terrain d’exercices original qui a convaincu et impressionné. « Les enseignant∙e∙s-chercheur∙e∙s ont été surprises de la maturité et de la qualité d’expression des étudiant∙e∙s, soulignent Emilie Roger et Marie-Claire Venier. Signe de leur excellence scientifique, plusieurs d’entre eux étaient intéressé∙e∙s par leur profil pour un futur stage voire une thèse au sein de leur laboratoire ! »

L’Université d’Angers organisera de nouveau ce congrès international en 2024.

Qu’est-ce que le master Nanomed ?

Depuis 2017, le master européen Nanomed a pour ambition de former les étudiant∙e∙s au développement de nouvelles formes pharmaceutiques comme les nanomédecines. Il est coordonné par l’Université de Paris et compte plusieurs partenaires : les universités d’Angers, Pavie (Italie) et Patras (Grèce). Il a reçu en septembre dernier un financement supplémentaire de trois millions d’euros de la part l’Erasmus mundus joint master degree et est ainsi prolongé jusqu’en 2025.

Scroll