fr | en

Séparés par des virgules

La clinique juridique de l'UA soutenue par l'Europe

Le projet « The Lighthouse – UA Clinique juridique », porté par Alina Miron et Bérangère Taxil, professeures de droit public à la faculté de droit, d'économie et de gestion de l’Université d’Angers et la doctorante Emilie Lenain, vient d’être sélectionné par la Commission européenne et sera soutenu pendant 3 ans dans le cadre du programme Erasmus+ – Module Jean Monnet.

Créée en 2018, la clinique juridique « The Lighthouse » de l’Université d’Angers a vocation à renforcer les connaissances pratiques, méthodologiques et théoriques des étudiants en Master de droit international et européen à l’Université d’Angers. Ce module d’enseignement nouveau vise à valoriser l’importance croissante du droit européen, afin de répondre aux enjeux actuels de l’Europe dans la mondialisation, et permettre aux étudiants de développer des compétences professionnelles attendues dans le monde du travail.

Cherchant à développer des interactions entre l’université et la société civile, il met en relation les étudiants et chercheurs en droit international et européen avec des partenaires de terrain (cabinets d’avocats, ONG, syndicats, entreprises, parlementaires). A titre d’exemple, la Ligue des Droits de l’Homme, SOS Méditerranée et des cabinets spécialisés sur des questions de droit d’asile figurent parmi les partenaires auprès desquels la clinique intervient en soutien, proposant un service de recherche juridique ainsi qu’un appui pratique. Cette clinique illustre la volonté des co-directrices, les professeures Alina Miron et Bérangère Taxil, de mettre en place un apprentissage par la pratique et la recherche appliquée à des situations réelles et concrètes.

En pratique, les étudiants travaillent tout au long de l’année universitaire en relation directe avec un partenaire (recherches juridiques et géopolitiques, rédaction de recours, permanences juridiques, déplacement à des audiences, etc.), ce dernier établissant un suivi hebdomadaire. Bien qu'en grande autonomie, les étudiants et les travaux réalisés sont sous la surveillance de l’équipe pédagogique. La clinique fait par ailleurs l’objet d’un séminaire animé par la pilote de la clinique, Elise Rouillé, pendant lequel les étudiants échangent sur leurs méthodes de travail et les éventuelles difficultés qu’ils rencontrent, permettant ainsi de développer des réflexes et une efficacité réelle, nécessaires dans la pratique. A la fin de l’exercice il est attendu un retour sur la qualité du travail fourni par les étudiants mais aussi sur leur disponibilité, leur posture professionnelle, leur capacité de communication et toutes autres observations que les partenaires jugeraient pertinentes.

Des soutiens forts d'Alliance Europa et de la région Pays de la Loire

La mise en place de la clinique s’inscrit dans la dynamique d’internationalisation et d’ouverture européenne de l’Université d’Angers. Depuis 2015, l’UA, soutenue par la région Pays de la Loire, participe à la création de l’Institut d’études européennes et globales Alliance Europa, pour développer un pôle d’excellence ligérien en recherche-formation et innovation dans le champ des études européennes. Avec l’accompagnement d’Alliance Europa, Bérangère Taxil pilote un projet de recherches collectives sur l’accueil et la relocalisation des réfugiés en Europe (Arreco). Alina Miron, quant à elle, pilote des projets sur les frontières maritimes et les zones grises du droit de la mer (La mer, la dernière frontière et Zomad). 

En février dernier, toujours avec le soutien du RFI Alliance Europa et de la région Pays de la Loire, le projet de module a été soumis à l'agence européenne pour l'éducation dans le cadre de l'appel à projet Jean Monnet, qui a pour but de promouvoir l’excellence en matière d’enseignement et de recherche dans le domaine des études européennes au niveau mondial. Sélectionné en août parmi 1290 projets soumis à travers l’Europe, la clinique juridique va désormais pouvoir se développer et se structurer grâce au soutien financier de l’union européenne.

Entre octobre 2017 et juin 2018, les Professeures Bérangère Taxil et Alina Miron ont organisé à l'Université d'Angers le Concours international de procès simulé Charles Rousseau. Plus grand et plus ancien concours francophone en droit international, il réunit chaque année dans un pays différent 200 personnes (équipes d’étudiants, jeunes chercheurs, juges, avocats, universitaires) venant de tous les continents. Prenant appui sur les projets de recherche en cours à Angers, le cas pratique soumis aux étudiants traitait du sauvetage en mer des migrants naufragés. La semaine de plaidoiries, en mai 2018, a précédé de quelques semaines la réalité, avec la médiatisation importante et croissante des errances de navires des ONG en mer Méditerranée. La situation juridique des navires assurant des sauvetages de masse est très complexe et méconnue. Les résultats des recherches menées par les étudiants ont pu être fortement valorisés aussi bien auprès des universitaires et des membres de la société civile, ainsi que des juges et du Greffier du Tribunal international du droit de la mer invités que du grand public. A sa suite, des doctorants ont préparé un livret, en français et en anglais, sur le secours en mer (consultable sur le site d'Alliance Europa).

Scroll