fr | en

Séparés par des virgules

Vers de nouvelles coopérations avec Canton ?

Le conseil d’administration de l’Institut franco-chinois de tourisme, fruit du partenariat entre l’Esthua et l’université cantonaise de Guangzhou, s’est tenu à Angers le 29 avril 2019. La délégation chinoise a profité de son séjour pour rencontrer d’autres acteurs de l’UA, afin d’envisager de nouvelles collaborations.

L’Institut franco-chinois de tourisme est né en 2002 du partenariat entre les universités d’Angers, de Nice et de Canton. Il s’appuie sur le savoir-faire de l’UFR Esthua en matière de formations et de recherche dans le domaine du tourisme. Une partie des cours est directement assurée par des enseignants angevins. En l’espace de 17 ans, un millier d'étudiant·e·s chinois ont ainsi obtenu une double licence, française et chinoise, les meilleurs poursuivant leur cursus par un master à l’Esthua.

En septembre 2017, une nouvelle convention a été signée entre les partenaires angevins et chinois. Cette signature a été accompagnée d’un certain nombre de modifications dans l’organisation et le fonctionnement de l’institut, afin de le rendre encore plus performant.

Le conseil d'administration s'est réuni à l'Esthua sous la présidence de Françoise Grolleau, vice-présidente International de l'UA
Le conseil d'administration s'est réuni à l'Esthua sous la présidence de Françoise Grolleau, vice-présidente International de l'UA
Le conseil d’administration a été entièrement renouvelé et compte désormais des représentants des milieux professionnels. Aux côtés du directeur chinois Heqing Zhang, jusqu’alors seul aux commandes, un directeur français a été nommé, en la personne du géographe Jean-René Morice, habitué des voyages à Canton. Les promotions ont été réduites (de 120 à 60, à compter de l'année 2018-2019), « afin d’assurer un meilleur suivi pédagogique des étudiants, explique Jean-René Morice, et de s’assurer de leur bon niveau en français ». La formation accorde davantage de place aux innovations pédagogiques, aux expériences de terrain et aux stages. « Nous sommes dans une approche plus qualitative et plus professionnelle », poursuit-il.

Travailler en commun

Un an après la mise en place de ce nouveau schéma, un conseil d’administration s’est tenu pour la première fois en France le 29 avril, dans les locaux de l’Esthua. Il a acté le retrait de l’un des fondateurs, l’Université de Nice, et a tiré un bilan positif des nouvelles modalités partenariales, tout en appelant à continuer à renforcer le travail d’équipe entre les enseignants des deux parties. Un cours préparé en commun sur la « Théorie et la pratique du vin » a d’ores et déjà vu le jour. D’autres cours partagés devraient suivre.

La coopération portera aussi sur la recherche, avec des travaux envisagés sur « l’aménagement touristique de la région de Grande Baie de Guangdong-Hong Kong-Macao » ou le « Patrimoine culturel de l’ancienne voie de courrier dans le sud de Guangdong ».

Des affinités avec Polytech Angers

Sébastien Lahaye (à dr.) a présenté les spécialités de Polytech Angers à la délégation emmenée par Shaobing Qu
Sébastien Lahaye (à dr.) a présenté les spécialités de Polytech Angers à la délégation emmenée par Shaobing Qu
Outre des temps mêlant découvertes de la culture française et pédagogie de terrain, la délégation chinoise, emmenée par Shaobing Qu, président des conseils de l’Université de Canton, a profité de son voyage pour se rendre dans d’autres composantes de l’UA.

À Polytech Angers, par exemple, Shaobing Qu a rappelé que son université (34 000 étudiants) possède un département ingénierie spécialisé dans le génie civil, le digital et l’automatisme. Des spécialités proches de celles de l’école d’ingénieurs de l’UA. Il a invité les membres de Polytech, et notamment Sébastien Lahaye, chargé des relations internationales, à venir rapidement en Chine pour mieux faire connaissance et poser les bases d’une possible coopération.

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Scroll