fr | en

Séparés par des virgules

Les étudiants de Santé toujours mobilisés

Les étudiant·e·s de la Faculté de santé sont présents sur différents fronts pour aider les professionnels de santé à faire face à la crise du coronavirus. Soins aux patients, garde d’enfants de soignants, accueil des cas suspects dans les centres médicaux dédiés… différentes initiatives sont menées, coordonnées par la Plateforme citoyenne et solidaire mise en place au sein de la Faculté.

Il y a ceux qui sont d’ores et déjà au cœur des hôpitaux et des dispositifs ambulatoires de prise en charge des patients. « Cela concerne tous les internes et toutes celles et ceux qui ont le statut d’étudiant hospitalier, indique Nicolas Lerolle, doyen de la Faculté de santé. Concrètement, il s’agit des étudiants de médecine de 4e année et plus, certains de pharmacie à partir de la 5e année, les 4e et 5e années de sage-femme, et certains étudiants en soins infirmiers ».

Volontaires

Tous les étudiants n’ayant pas ce statut (2e et 3e années de médecine, 2e, 3e, 4e voire 5e années de pharmacie, 2e et 3e années de sage-femme, et certains étudiants en soins infirmiers) ont été intégrés à une « réserve sanitaire étudiante ». « Nous leur proposons des missions, sur la base du volontariat, explique Nicolas Lerolle. Et nous n’avons pas de peine à trouver des volontaires ».

Différents types de missions leur sont confiées :

  • Des étudiants renforcent les plateformes d’appels des Centres hospitaliers de Laval et du Mans, ou assurent l’accueil à l’Institut de cancérologie de l’Ouest (ICO).
  • Une trentaine d’étudiants ont répondu à l’appel du CHU d’Angers, qui recherchait des renforts en aides-soignants et personnels de service hospitalier.
  • Grâce à des tablettes et des applications d’appels vidéo, une vingtaine de volontaires se chargent de maintenir le lien entre les patients hospitalisés et leurs proches. Deux services dans lesquels les visites ne sont pas possibles sont concernés : infectiologie et gériatrie.
  • Comme de nombreux autres étudiants des autres facultés (700 au total !), des étudiants de santé se sont portés volontaires pour assurer la garde d’enfants de personnels soignants n'ayant pas de solution. Une vingtaine de foyers bénéficient actuellement de ce dispositif.

L’ensemble des activités sont gérées depuis la Plateforme citoyenne et solidaire, une cellule opérationnelle mise en place dès le samedi 14 mars au sein de la Faculté de santé. Depuis, deux groupes de cinq étudiants de 2e année de médecine se relaient de 8h30 à 18h pour y assurer la permanence téléphonique (02 41 73 59 95), et répondre aux besoins des professionnels de santé, sous la supervision d’une vingtaine d’enseignants et personnels administratifs.

S'adapter aux besoins

« Les missions sont régulièrement réévaluées, en fonction de l’évolution et des nouveaux besoins qui peuvent apparaître », précise Nicolas Lerolle. Ainsi, la fabrication de masques lancée au sein du CHU avec l’aide d’étudiants va prochainement s’arrêter (90 000 masques réalisés). La production de solution hydro-alcoolique, lancée dès le 16 mars, a cessé au sein des laboratoires pharmaceutiques de la Faculté de santé. Le relais a été passé aux liquoristes angevins Cointreau et Giffard qui assurent, sous la supervision de Frédéric Lagarce, directeur du département Pharmacie de la Faculté, une production quasi-industrielle.

Article mis à jour le 23/04/2020

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

« Nous contacter en cas de difficultés »

Concilier études et missions dans le cadre de la lutte contre le virus peut s’avérer, en pratique, difficile. Nicolas Lerolle, doyen de la Faculté de santé, en est conscient. « Si des étudiant·e·s font face à une tension trop forte, s’ils rencontrent des difficultés ou une situation particulière, il ne faut pas qu’ils hésitent à nous contacter ».

Les étudiants ayant le statut hospitalier sont invités à se rapprocher de leur service scolarité. Ceux engagés dans des missions volontaires peuvent se signaler à la plateforme. « Nous avons tout un réseau d’enseignants accompagnateurs. Si un étudiant se signale, il sera rappelé par un enseignant, pour imaginer ensemble la meilleure des solutions, qui pourra prendre différentes formes, comme un arrêt de la mission, ou encore un accompagnement psychologique, etc. »

Scroll