Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Aménagements possibles - Université Angers

Aménagements possibles

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Scolarité aménagée

Tout étudiant en situation de handicap inscrit à l’université d’Angers peut bénéficier, sur la base d’une analyse de ses besoins réels dans le cadre de ses études, de mesures spécifiques et d’un suivi de leur mise en œuvre par le chargé de mission. Ces mesures ont pour objectif de faciliter le déroulement des études et d’améliorer les conditions de vie étudiante des personnes en situation de handicap.

Elles se coordonnent autour d’une opération tripartite associant le chargé de mission, le Service Universitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé (le SUMPPS qui est partie prenante de l’équipe plurielle) et l’étudiant ; elles peuvent concerner l’aménagement de la scolarité, l’aide et l’accompagnement pédagogiques, l’assistance pour les déplacements sur le campus ainsi que l’évaluation (circulaire n°20011-220 du 27 décembre 2011 relative à l’organisation des examens et concours) ; leur mise en oeuvre repose sur le développement des réseaux d’entraide étudiante qui favorisent les contacts et l’intégration de l’étudiant handicapé dans sa promotion, de même que la constitution de réseaux d’amitié et ce, en limitant les emplois d’assistance. La majorité des aides humaines est donc recrutée parmi les étudiants volontaires inscrits à l’université d’Angers.

IMPORTANT ! Les aides humaines concernant les actes essentiels de l’existence ou la surveillance régulière de la personne handicapée, ainsi qu’un accompagnement éventuel dans le cadre d’une activité professionnelle ou d’une fonction élective, relèvent de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH)

 

1. L’aménagement de la scolarité

Les modalités possibles de cet aménagement sont gérées par les services de scolarité des UFR ou Instituts, les composantes (responsable pédagogique de la formation et équipe pédagogique) et le Relais Handicap. Elles doivent faciliter l’adaptation de l’environnement d’étude quelles que soient les situations de handicap identifiées et elles tiennent compte de la réglementation en vigueur.

  • Les aménagements d’horaires : en fonction des particularités liées aux situations de handicap, un aménagement d’horaire peut être possible (par exemple choisir un groupe de TD pour lequel les heures de cours seraient concentrées plutôt le matin que l’après-midi ou fin d’après-midi et inversement) ;
  • Le choix des enseignements : il est possible, et encore davantage avec le système LMD, de choisir un nombre limité d’unités d’enseignement par année pour alléger son cursus. On parle alors de régime spécial où 1 année peut se faire en 2 ans, la deuxième année n’étant pas considérée comme un redoublement ;
  • La dispense d’assiduité : dans le cas d’absences certaines mais non prévisibles, une possibilité de ne pas assister, ni de passer les contrôles continus, est envisageable. Les examens sont alors programmés en session à la fin du semestre (janvier, mai, juin). Cette disposition peut se mettre en place pour l’ensemble des Unités d’Enseignement (UE) d’un semestre ou pour certaines UE.

 

2. Les adaptations techniques

Résultant d’une évaluation des besoins de l’étudiant, ces adaptations pédagogiques peuvent revêtir différentes formes en fonction des situations de handicap. Il est ici question de l’accès aux savoirs en toute équité vis-à-vis de l’ensemble des étudiants de l’Université.

Non exhaustives, certaines constantes se dégagent comme :

  • la mise en place de transcription en braille, de numérisation et de mise en ligne des supports de cours ;
  • l’agrandissement des supports de cours ;
  • la préparation de supports et leur transmission par l’enseignant en amont du cours pour permettre à l’étudiant de suivre l’enseignement dans de meilleures conditions (et/ou aux interprètes qui accompagnent l’étudiant sourd, pour lui permettre de préparer sa prestation) ;
  • le prêt ponctuel d’aides techniques spécialisées propres à faciliter l’accès aux savoirs (par exemple, un terminal braille pour prendre des notes à l’Université ou un PC équipé ZOOMTEXT), dans l’attente d’un financement de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) ou en cas de panne du matériel de l’étudiant.

 

3. Les aides humaines

Dédiées à l’accompagnement et l’aide pédagogiques, elles contribuent à lever certaines difficultés liées aux situations de handicap que les aménagements de la scolarité et les adaptations techniques n’ont pas résolues. Ces aides permettent aux étudiants d’accéder aux savoirs et d’étudier dans les meilleures conditions, tout en favorisant au mieux l’autonomie de l’étudiant en situation de handicap.

C’est le Relais Handi3a qui met en oeuvre ces aides humaines spécifiques en s’appuyant sur l’équipe plurielle handicap de l’université d’Angers et la MDPH49.

  • aide à la prise de notes pendant les CM, TD et TP et à la photocopie des contenus de cours (assurés par des pairs de la même promotion) ; des cartes de photocopie gratuites sont remises aux étudiants handicapés ;
  • tutorat pédagogique dans une ou plusieurs disciplines (limité à 50 heures annuelles). Il s’agit d’un accompagnement pédagogique assuré par des étudiants « avancés » inscrits dans la même formation, de la Licence 2 au Doctorat) pour :

- permettre de récupérer les cours et les retravailler (approfondissement des contenus de cours)

- permettre une aide à la méthodologie

- favoriser l’interface avec les enseignants ;

  • assistance aux études à la Bibliothèque Universitaire ;
  • en convention avec des services spécialisés, prestations d’interprétariat LSF, codage LPC, recrutement d’étudiants répétiteurs.

À NOTER  : Les aides humaines concernant les actes essentiels de l’existence ou la surveillance régulière de la personne handicapée, ainsi qu’un accompagnement éventuel dans le cadre d’une activité professionnelle ou d’une fonction élective, relèvent de la Maison Départementale de l'Autonomie (MDA). Ces aides à l'habillage, au déshabillage, à la prise de repas peuvent être assurées par des étudiants, recrutés par l'étudiant en situation de handicap et rémunérés sur se PCH (prestation de compensation du handicap).

 

4. L’aménagement des examens

Cette disposition fait référence à un texte réglementaire précis, à savoir le décret n°2005- 1617 du 21 décembre 2005, complété par la circulaire n°2006-215 du 26-12-2006. Ces textes donnent, sur le principe de l’égalité entre les candidats, le périmètre de l’organisation des examens et concours de l’enseignement scolaire et de l’enseignement supérieur pour les candidats présentant un handicap.

Pour que les mesures relatives aux examens et concours soient appliquées, l’avis d’un médecin du SUMPPS est obligatoire dès le début de l’année universitaire, voire dès le mois de juin pour la rentrée suivante. Il doit être remis au service de scolarité et/ou des examens de la formation de l’étudiant. En effet, le délai réglementaire est de 2 mois entre la date du certificat médical et le début des examens, afin que les autorités administratives compétentes (services des examens) puissent procéder aux adaptations.

Le Relais Handicap n’a donc pas vocation à intervenir dans la mise en place des aménagements d’examen. Ils sont appliqués par les services des examens des composantes de l’université et peuvent se traduire par des conditions particulières d’organisation et/ou de déroulement, comme :

- une majoration du temps d’examen ;

- l’installation matérielle dans la salle d’examen ;

- la mise à disposition d’un matériel technique ou informatique ;

- la présence d’un secrétaire-assistant ;

- la présence d’une interface spécialisée ;

- l’adaptation de la présentation des sujets (agrandissement, couleur du papier..) ;

- un lieu de composition indépendant (salle particulière).

 

Retourner en haut de la page