Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Jury étudiant - Festival Premiers Plans - Université Angers

Jury étudiant - Festival Premiers Plans

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Neuf étudiants à l'école des jurés de cinéma

Les jurés étudiants délibèrent en fin de semaine pour choisir le meilleur film d'école

Le Festival Premiers Plans des « Premiers films européens » d'Angers fait appel chaque année aux étudiants angevins pour constituer un jury en vue de récompenser un « film d'école ». Ils ont choisi de remettre le prix de cette année d'une valeur de 1 500 euros à Benoit Felici, pour son court-métrage « Unfinished Italy ». Retour sur l'expérience des 9 étudiants de la « cuvée » 2011 sélectionnés comme jurés.

Ils ne se prétendent pas spécialistes du cinéma, mais s'y intéressent au moins de très près. C'était bien le critère principal pour devenir juré le temps d'une semaine. Sélectionnés parmi 44 candidats, ces 9 étudiants provenant de l'Université d'Angers, de l'Université Catholique de l'Ouest et de l'École supérieure des Beaux-Arts ont appris à analyser un film, à sélectionner et à délibérer. « Une expérience très enrichissante sur plusieurs plans », résume le juré Léo Le Joliff, étudiant en Licence 3 LEA.

En compétition dans la catégorie « Films d'écoles européens », 23 courts-métrages. Ce qui représente à peu près 4 films par jour visionnés sur des thèmes aussi variés que les sans-papiers, les constructions inachevées en Italie ou la violence filmée sur téléphone portable. Du film d'animation, à celui de pure fiction, en passant par le documentaire, la catégorie explore tous les genres cinématographiques. Les deux coordinatrices épaulant ce jury amateur n'ont pas souhaité donner de directives sur la façon de travailler, ou sur les critères de sélection à adopter. Leurs seules consignes se sont résumées en deux mots : assiduité et ponctualité.

À chacun ses critères

La méthode de sélection varie nettement de l'un à l'autre des jurés. Édith Laboureix, étudiante en Master 2 stratégie économique spécialité « direction de projet dans les nouvelles filières culturelles » est par exemple sensible à l'originalité des réalisateurs dans leur manière de filmer. Juliette Airaud, étudiante en L3 Histoire, reconnaît néanmoins la difficulté d'établir une grille de critères commune étant donné la diversité des sujets, et des genres. Presque tous ont ressenti la nécessité de prendre des notes : surtout pour ne pas oublier d'un jour sur l'autre. De même, être juré nécessite une grande concentration pour s'attacher aux détails techniques. Cette attention particulière a fini par devenir naturelle après quelques séances.

Les 9 jurés étudiants du Festival Premiers Plans posent pour une photo de groupe : 7 filles, 2 garçons

Même s'ils reconnaissent que les 23 films sélectionnés sont de très bonne qualité, ils ont rapidement réussi à réaliser un premier écrémage, pour ne garder qu'un « noyau dur » de courts-métrages. Jean-Baptiste Provost, étudiant en Licence professionnelle de Management des entreprises culturelles à l'IUT, a préféré « chiffrer » les films, mais plus sur la base de l'impression ressentie que de critères rigides. Édith a adopté une méthode similaire : elle a cherché à comprendre pourquoi l'œuvre cinématographique a provoqué tel ou tel sentiment : c'est un bon moyen de mettre en lumière les points forts et faibles (place de la musique, scénario, esthétique, etc.) d'un film.

Les 9 étudiants ont conscience de leur « privilège ». Une grande satisfaction aura été de récompenser leur réalisateur « coup de cœur ». Mais être juré, c'est aussi bénéficier des meilleures places en salle pour des conditions optimales. Sans oublier que leur « statut » les fait accéder plus facilement aux cinéastes en herbe et aux membres du jury telles Carmen Maura ou Clémence Poésy.

Thérèse Rosset
therese.rosset @ univ-angers.fr

*
*
*