fr | en

Séparés par des virgules

Consommer intelligemment

Dès le milieu des années 2000, l’Université d’Angers s’est engagée dans la réduction de ses consommations d’énergies. Pour maîtriser ses coûts, mais également pour répondre à un enjeu sociétal.

Cette volonté s’est d’abord traduite par l’adoption d’un ensemble de mesures techniques : amélioration de l’isolation des bâtiments, adoption des normes Bâtiment basse consommation pour les nouvelles constructions, investissement dans du matériel de chauffage et d’éclairage moins énergivore, développement d’un logiciel de gestion technique centralisée qui permet d’optimiser les périodes de chauffe et de climatisation, signature de contrat d’intéressement avec le prestataire chargé de la maintenance des équipements…

En l’espace de 10 ans, l’Université d’Angers a baissé ses consommations et stabilisé ses coûts, malgré la hausse de ses surfaces construites et du prix de l’énergie. Pour aller plus loin, elle a décidé de lancer un audit énergétique de l’ensemble de son parc, qui fera l’état sur ses forces et ses faiblesses, et livrera des scénarios possibles pour améliorer encore ses résultats.

En savoir plus : consulter le bilan énergétique des années 2012 et 2015

Ces gains ne seront durables que si les mesures techniques sont accompagnées d’un comportement collectif et individuel responsable. C’est dans ce sens que l’établissement s’est lancé dans une démarche de certification ISO 50 001 qui fixera le cadre d’un système de management de l’énergie, une méthode participative et collective d’amélioration continue de la performance énergétique.

Sur la base de l’audit et de la démarche de certification, l’université formalisera une politique énergétique d’établissement impliquant étudiants et personnels. Chacun aura un rôle à jouer pour parvenir aux objectifs fixés.

Télécharger la charte énergie de l'établissement

 

Actualités

  • Depuis 2012, l'Université d'Angers a banni les produits phytosanitaires pour l’entretien de ses espaces verts. Une campagne de sensibilisation sera bientôt lancée.
  • D’ici Noël, les bâtiments universitaires seront raccordés à la nouvelle chaufferie biomasse du quartier Belle-Beille. C’est l’une des mesures prises par l’UA pour faire baisser ses consommations d’énergie et améliorer son bilan carbone.
  • Le bâtiment de la Passerelle, sur le campus Belle-Beille, va faire l’objet d’une extension. Objectif : accueillir fin 2020 le service de médecine préventive (Sumpps) et l’association de culture scientifique Terre des sciences.

Contact

  • Antoine VIOLETTE
    Directeur du patrimoine immobilier
    Tél. : 02 41 96 23 55
  • Rémi FROGER
    Apprenti ingénieur
    Tél. : 02 41 96 23 80

 

Scroll