Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Orace Énergie Tour - Université Angers

Orace Énergie Tour 49

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Énergies : échanger plus, pour consommer moins

Visuel de l'Orace Energie Tour

Le 5 avril, la Faculté des sciences a accueilli le 3e Orace Énergie Tour. Quelque 170 représentants d’entreprises et d’institutions, dont l’Université d'Angers, ont partagé des bonnes pratiques permettant de réaliser des économies d’énergie.

Créée en 2013, l’association Orace, basée à Cholet, accompagne les entreprises de la région Pays de la Loire qui souhaitent maîtriser leur consommation d’énergie. Depuis 2015, elle organise chaque année un journée forum, l’Orace Énergie Tour, permettant à des acteurs professionnels de divers horizons (entreprises industrielles ou tertiaires, collectivités, centres hospitaliers…) de s’informer et de partager sur les sujets de l’énergie. « L’échange est essentiel, car il permet d’entrevoir toutes les pistes, tout le panel de solutions qui peuvent être mises en œuvre pour un résultat intéressant », explique le président d’Orace, Alain Chartrain.

La 3e édition a eu lieu à la Faculté de sciences, mercredi 5 avril 2017. Organisée en partenariat avec l'Université d'Angers et la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Maine-et-Loire, elle a réuni 170 personnes. Au programme : 17 conférences et retours d’expérience, mais aussi des temps de rencontres permettant de bâtir un réseau…

Parmi les intervenants, Antoine Violette, directeur du patrimoine immobilier de l’UA, a présenté les différentes actions menées par l’université pour faire baisser les consommations générées par 1 700 personnels, 23 000 étudiants et 170 000 m2 de locaux. Il a ainsi été question des travaux de modernisation menés dans le cadre du CPER, de la création d’un réseau de chaleur biomasse sur le quartier Belle-Beille, ou encore du projet de labellisation de l’UA selon la norme ISO 50 001, qui s’appuie sur la mise en place d'un système de management de l’énergie.

Impliquer les personnels

Les magasins de vêtements et chaussures Gémo (groupe Eram) ont déjà adopté cette norme ISO 50 001. « Cela nous a vraiment permis de rassembler l’ensemble de l’entreprise autour d’un objectif commun », témoigne Luc Robet, responsable des économies d’énergie pour les 450 implantations de la marque.

L’une des difficultés a été d'impliquer des équipes géographiquement éloignées. La solution imaginée par Gémo : l’organisation d’un challenge national, avec à la clé un voyage à gagner pour l’équipe de la boutique qui baissait le plus sa consommation sur une année. Grâce à cette action, « nous avons enregistré une baisse de 13 % à l’échelle de Gémo », se félicite Luc Robet. Sans rogner sur le confort de la clientèle. « Pour nous, une perte de confort est inenvisageable : cela signifierait une baisse de chiffre d’affaires ».

Dix-sept interventions étaient au programme de la journée
Le représentant du fabricant de camions Scania a également apporté son éclairage. Outre des mesures de comptage pour éviter les gaspillages, et des investissements dans de nouveaux équipements moins gourmands, l’usine d’Angers travaille sur l’état d’esprit de ses 600 collaborateurs et 200 intérimaires. « Plutôt que d’imposer des règles, nous essayons d’éveiller les consciences, résume Cédric Heurtebize, l’ingénieur en charge de ces questions. Par exemple, nous organisons une "journée gros pulls" : nous prévenons que le chauffage va être baissé sur un jour, et que ceux qui le souhaitent doivent s’équiper. Mais sincèrement, entre 19° et 18°C, les gens ne sentent pas la différence. Alors que cela a un réel impact sur les consommations, que nous avons mesuré : 7 % en moins ».

Chasser le superflu

Autre initiative menée chez Scania Angers : des « night walks », des marches dans le silence de la nuit, « où l’on peut repérer tout ce qui consomme en dehors des périodes de production ».

Autant d’expériences qui ont eu l’oreille de Stéphane Amiard, vice-président Numérique et patrimoine de l’UA. « Je trouve cela très intéressant de se nourrir de ce qui a pu se faire ailleurs ».

Commentaire de Morancais Jean-Rémi posté le 14 avril 2017 à 15:20

VOus pouvez retrouver la vidéo de cette conférence sur Canal UA à l'adresse suivante :

http://canal-ua.univ-angers.fr/avc/courseaccess?id=3252

*
*
*

Un audit énergétique à l'UA

En parallèle du déploiement du système de management de l’énergie et de la définition d’une stratégie énergétique, l’Université d'Angers va lancer, avant le mois de mai 2017, un grand audit énergétique. Il va permettre de faire une photographie de l’existant et de proposer différents scénarios pour réduire les consommations, que ce soit à travers de la rénovation de bâtiments, la politique d’achats, la mise en place d’un plan de comptage…
« Le but est d’avoir une consommation énergétique efficiente par rapport à notre activité », indique Stéphane Amiard, vice-président Numérique et patrimoine de l’UA, qui souhaite aller au-delà de l'objectif national de 50 % de baisse des consommations d'ici 2050.