Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Carte multiservices - Université Angers

Carte multiservices

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

L’arrivée de la carte multiservices mobilise les savoir-faire des services de l’université


La carte multiservices débarquera à la rentrée 2011 et remplacera la carte d'étudiant, la carte professionnelle et les tickets de restaurant universitaire (ou la carte Crous pour les étudiants extérieurs à l’université). L’UNAM et le Crous de Nantes Pays de la Loire avec le soutien de la région sont les initiateurs de ce projet. Près de 110 000 étudiants, enseignants et personnels de certains établissements membres de l’UNAM sont concernés par ce nouveau dispositif.

À l’Université d’Angers, la mise en place technique de cette carte baptisée « Pass Sup’» est essentiellement suivie par la DEVE et la DSI, mais aussi au niveau Ressources humaines et communication. Si le financement de la fabrication de la carte incombe à la région, sa personnalisation revient à chaque établissement, achat du matériel d’impression compris. La DSI a été sollicitée à ce titre pour tout l’aspect logistique : édition des cartes, leur interconnexion avec le système d’information (SI) de l’université et enfin leur utilisation.

Investissement dans le matériel

La fabrication de la carte est assurée par la Banque Bnp Paribas. Partenaire de l’UNAM, elle fournit le « squelette » de la carte (son contour) : logos, puce, numéro d’identification du porte-monnaie électronique Monéo. Les cartes Pass Sup’ seront livrées fin mai avec un espace « vierge » destiné à accueillir les informations personnelles du détenteur de la carte : nom, prénom, photo, date de naissance, etc.

D’où la nécessité pour la DSI d’équiper les services en imprimantes afin de délivrer des cartes opérationnelles au moment de l’inscription des étudiants. Chaque composante possèdera ainsi son propre site d’impression (10 unités au total), équipé en prises informatiques et réseaux, ordinateur, imprimante. Sans oublier la caméra ou la webcam qui permettra de capturer la photo des étudiants en direct ou de la récupérer par scan d’une photo d’identité papier. Une troisième « voie » sera envisageable pour les réinscriptions : l’étudiant pourra lui-même proposer une photo d’identité au format numérique via son accès à l’ENT.

Non-familiarisés à ces nouveaux instruments de travail, les membres du personnel chargés des inscriptions seront formés par la DSI et la DEVE avant la rentrée. Sur les aspects porte-monnaie électronique, les membres du personnel en charge des inscriptions devront de même être capables de répondre aux questions des étudiants : lieux de recharges Monéo (bornes en cité U, dans les RU), montants plafonds, etc. Pour les aider, la DSI et la DEVE, avec l’appui du service communication, mettent actuellement au point un plan de communication incluant une « Foire aux questions ».

Une carte connectée à différentes applications

Qui dit imprimantes, dit aussi utilisation d’un logiciel spécifique, compatible avec le SI de l’université. La mise en œuvre d’un système de gestion des cartes (SGC) est donc indispensable : il fait le lien entre la carte et les différentes bases de données : Crous, BU, Apogée (base des étudiants), Harpege (base des personnels), etc. Car en réalité, la carte multiservices ne contient aucune donnée autre que son numéro (identifiant unique) : une fois la carte « reconnue » par un lecteur, le SGC identifie le détenteur de la carte et assure l’interconnexion avec les différentes applications.

Le SCG gèrera le remplacement des cartes égarées ou dégradées en procédant à l’interconnexion de la nouvelle carte aux applications (Crous, BU, etc.). La perte de carte n’entrainera de fait aucune perte des données, exception faite du porte-monnaie électronique Monéo : la somme d’argent déposée sera irrécupérable (Monéo est anonyme).

Dès septembre 2011, la carte Pass Sup’ servira ainsi :

  • de carte d’étudiant (et de carte professionnelle) pour justifier de son statut lors des examens, bénéficier de réductions, pour rentrer dans les amphithéâtres en PACES
  • de porte-monnaie électronique Monéo
  • à payer ses repas au Crous via le porte-monnaie électronique Monéo. Fini donc les tickets de resto U.
  • à emprunter des livres à la BU
Un système évolutif

D’autres applications pourront être connectées ultérieurement à la carte multiservices ; la DSI a déjà réfléchi à certaines :

  • le contrôle d’accès : pour les salles informatiques, les laboratoires, parkings, etc.
  • les photocopies
  • le badgeage (essentiellement dans les locaux de la présidence) : la carte multiservices remplacera les badges existants.

À plus long terme, les machines à café pourraient aussi devenir « Monéo-compatibles ».


Thérèse Rosset

Trois questions à

ÉRIC DELABAERE, vice-président du Conseil des études et de la vie universitaire et chef de projet Pass Sup’

De quels avantages « collectifs » bénéficieront les établissements délivrant la carte multiservices ?

"La carte multiservices prend mieux en compte la mobilité étudiante : son système de gestion des cartes (SGC) crée un potentiel d’utilisation élargi. Comme par exemple pour les étudiants des diplômes co-habilités amenés à se déplacer d’un établissement à l’autre. Désormais, ils auront accès aux différents services (BU, Crous, etc.) de leurs établissements avec une seule et même carte."

Quel est l’enjeu politique de l’arrivée de la carte multiservices ?

"La carte Pass Sup’ apporte aussi une cohérence régionale à l’ensemble des sites de formations de l’UNAM. D’ordinaire assez lointain pour les étudiants, le PRES se concrétise par cette action qui les touche dans leur quotidien universitaire. L’inscription du logo de l’UNAM sur les cartes d’étudiants contribuera à développer le sentiment d’appartenance à cet ensemble pour une meilleure visibilité à l’international notamment."

Quels sont les autres établissements concernés par ce dispositif ?
  • L’Université de Nantes, Université du Maine, Université d’Angers
  • L’Université catholique de l’Ouest
  • L’École Centrale de Nantes
  • L’École des Mines de Nantes

Au total, ce sont 110 000 exemplaires de cartes qui sont financés par la Région Pays de la Loire.