fr | en

Séparés par des virgules

Lutter contre le racisme et l’antisémitisme

Du 18 au 24 mars, l’ensemble des établissements scolaires et universitaires de France sont invités à prendre part à la Semaine d'éducation et d'actions contre le racisme et l'antisémitisme. Maître de conférences en géographie sociale, Samuel Delépine est le référent de l’UA sur ces problématiques.

En quoi consiste votre rôle de Référent pour la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ?

Samuel Delépine : ma mission a pour principal objectif, comme défini par le ministère, d'informer et de sensibiliser le plus grand nombre, aux problèmes de racisme et d’antisémitisme dans notre société. À l’UA, elle se décline selon trois grands axes. Le premier, c’est l’organisation d’actions, d’événements, de rencontres qui vont participer à la sensibilisation. Avec un temps incontournable autour de la Semaine d'éducation et d'actions contre le racisme et l'antisémitisme.

Samuel Delépine
Samuel Delépine
Le deuxième volet, c’est de pouvoir recevoir la parole des personnes victimes ou témoins d’actes racistes ou antisémites. Je suis disponible pour les entendre et relayer leurs informations auprès de la Mission Égalité et de la vice-présidente Égalité, susceptible de prendre des mesures en retour. Les personnes peuvent me contacter personnellement (samuel.delepine @ univ-angers.fr), ou bien faire part de leur témoignage via la messagerie de la Mission Égalité.

Enfin, je m’attache à tisser des liens avec les acteurs locaux de la société civile, et notamment les associations spécialistes de ces questions. Je m’appuie pour cela sur les contacts noués par le Collectif universitaire angevin de solidarité avec les réfugiés et les demandeurs d’accueil – dont je fais partie.

En quoi vous sentez-vous concerné par les questions de racisme et d’antisémitisme ?

SD : J’y ai été sensibilisé très tôt et cela s’est développé au cours de mes recherches sur les Roms qui m’ont ouvert à la question du rejet, de la ségrégation… Quand, comme moi on s’intéresse aux minorités qui sont exclues, on ne peut pas passer à côté de la notion de racisme.

J’ai pris mes fonctions en septembre 2017, à la suite de Christine Bard, à une époque où se mélangeaient dans le débat le terrorisme, les arrivées de migrants, leur rejet… Je me suis dit qu’il fallait agir. Et l’université est le cadre idéal pour cela, pour des actions de diffusion du savoir et des connaissances.

La Semaine d'éducation et d'actions contre le racisme et l'antisémitisme constitue un moment fort de cette diffusion des savoirs. Quel en est le programme à l’UA ?

SD : Pour cette édition 2019, nous avons retenu la haine en ligne pour thématique. Deux événements gratuits sont proposés.

Le mardi 19 mars, à 18 h, à l’IUT, Sylvain Delouvée, maître de conférences en psychosociologie à l’Université Rennes 2, donnera une conférence sur la pensée complotiste, les processus qui permettent l’élaboration de la pensée conspirationniste et complotiste et sa diffusion (en savoir plus sur cet événement).

Le jeudi 28 mars, à 18h30, le public est invité au Centre Jean-Vilar pour une nouvelle soirée théâtre-forum, avec la compagnie Arc en Ciel. C’est la 3e année qu’un rendez-vous théâtre-forum est proposé avec le soutien du Collectif de solidarité avec les réfugiés. Cette année, il y aura davantage de comédiens professionnels. Ils joueront quatre saynètes, en imaginant des discussions qui pourraient avoir lieu au cours d’une soirée que tout le monde peut vivre dans son quotidien. À la fin de chacune, ils demanderont au public ce qu’ils auraient fait, comment ils se seraient positionnés face aux propos échangés. Les gens vont pouvoir interagir (en savoir plus sur cet événement). À l'issue, un repas est organisé par le bureau des étudiants en FLE.

D’autres événements sont-ils d'ores et déjà prévus en dehors du cadre de cette Semaine ?

SD : Oui, début avril, des étudiants de l’Unef prévoient d’organiser un Festival étudiant contre le racisme, à la Faculté des lettres, langues et sciences humaines. Et puis, à plus long terme, fin 2019, la Mission Égalité prévoit de lancer une grande enquête de recensement sur toutes les formes de discriminations, liées au handicap, au sexe, etc. L’idée est d’avoir une vision claire de la situation dans notre établissement. Je m’occuperai du volet concernant le racisme et l’antisémitisme.

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Scroll