Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

PIA3 - Projet EUR - Université Angers

PIA3 - Projet EUR

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Trois écoles universitaires de recherche en projet à l’UA

Label IA

L’Université d’Angers a choisi de déposer fin juin sa lettre de candidature pour la création de l'équivalent de trois Graduate schools s’appuyant sur le potentiel et la structuration des trois RFI qu’elle porte depuis 3 ans en lien avec la région Pays de la Loire. Objectifs : poursuivre le développement économique et le rayonnement international dans ces 3 secteurs porteurs. 

École universitaire de la recherche, quézaco ?

Le Commissariat général à l'investissement entend favoriser par un appel à projets initié dans le cadre des investissements d’avenir (PIA3) par l'ANR, la création d’«écoles universitaires de recherche» (EUR) qui ont pour ambition d’offrir à chaque site universitaire la possibilité de renforcer l’impact et l’attractivité internationale de sa recherche et de ses formations dans un ou plusieurs domaine(s) scientifique(s). Ces EUR pensées sur le modèle reconnu internationalement des Graduate Schools, rassembleraient ainsi des formations de master et de doctorat et un ou plusieurs laboratoires de recherche de haut niveau.

S’appuyer sur le potentiel des programmes RFI

L’Université d’Angers a donc choisi de déposer fin juin sa lettre de candidature pour la création de trois écoles s’appuyant sur le potentiel et la structuration des trois RFI qu’elle porte depuis 3 ans en lien avec la région Pays de la Loire. Ensemble ils ont choisi de soutenir ces filières d’excellence pour en faire des leviers ou services du développement économique et du rayonnement international.

1/ EUR Tourism for tomorrow (TFT)

Elle ambitionne de faire du site angevin le leader français et européen de la formation à et par la recherche en tourisme, en formant des profils capables d’appréhender la complexité des transformations à l’œuvre dans le monde touristique : un accès croissant des sociétés des pays dits « émergents » au tourisme de masse, une diversification des pratiques touristiques couplée à un renouvellement du tourisme par son infusion dans de nouveaux champs (culture, arts, patrimoine) et, de manière plus transversale, une évolution du tourisme en lien avec les valeurs sociétales telles que le développement durable. Constituée en un Département au sein de l’UFR ESTHUA, tourisme et culture, et associée à l’UMR CNRS 6590 ESO Angers et à l’EA 7456 GRANEM, l’EUR Tourism for tomorrow s’appuiera sur l’UFR ESTHUA, premier pôle européen de formation en tourisme accueillant près de 3 000 étudiants (dont plus de 900 en master).

2/ EUR LUMOMAT (Lumière, Molécule, Matériaux)

Elle est proposée par quatre unités mixtes de recherche CNRS-Université (Moltech-Anjou, CEISAM, L'Institut des Matériaux Jean Rouxel et l'Institut des Molécules et Matériaux du Mans)  et englobe les forces motrices en chimie moléculaire sur le périmètre régional. Elle vise des développements sans précédent dans le domaine des matériaux moléculaires pour l'électronique et la photonique organiques, en utilisant toute la palette des outils offerts par la chimie. Elle comprendra trois axes scientifiques liés aux domaines applicatifs suivants :

  • les matériaux pour l'énergie, ce qui inclut notamment le photovoltaïque organique, les cellules solaires sensibilisées par un colorant, les cellules solaires à base pérovskite (hybride), la photosynthèse artificielle et les diodes électroluminescentes ;
  • les matériaux pour la santé et l'environnement, avec entres autres, la mise au point de nouvelles sondes et capteurs pour des applications médicales ;
  • le stockage de l'information et les systèmes nanostructurés utilisant des dispositifs photoactifs à base de composés photochromes, électrochromes et mécanochromes.
3/ EUR GenHSee (Horticulture et semences)

Basé au cœur d'un important bassin de production horticole et de semences, ce projet repose sur une mobilisation collective des acteurs locaux reconnus de longue date pour l’excellence de leurs recherches axées sur la qualité et la santé des productions horticoles et des semences. Avec 410 chercheurs, dont 185 scientifiques permanents, Angers est le premier centre de recherche en France dans ce domaine. La Graduate School GenHSee, portée par l'Université d'Angers et l'INRA en partenariat avec l'Université de Nantes, Agrocampus Ouest et l’Ecole Supérieure d'Agricultures, propose un programme unique intitulé «Sciences horticoles et semences du futur ». Ce programme ambitionne de fournir une nouvelle génération de scientifiques de premier plan formés de manière multidisciplinaire et intersectorielle, dotés de compétences spécifiques dans les domaines émergents du phénotypage des plantes, de la métagénomique, de l'épigénétique, de la modélisation, de la gestion des bases de données, aptes à interagir avec des experts de ces domaines et capables de gérer des équipes dans des environnements multiculturels, académiques ou industriels.

Les projets retenus seront financés pour une durée de 10 ans maximum. L’action est dotée de 300 M€ de dotations décennales. La contractualisation des lauréats devrait intervenir au 1er trimestre 2018. Affaire à suivre !

 

Le mot du vice-président recherche

« Il s’agit pour nous de pérenniser les projets RFI qui ont été programmés initialement sur 5 ans. Nous voulons continuer à renforcer ce lien formation/recherche/innovation tout à fait novateur et fructueux et développer plus encore les interactions master/doctorat. Les trois projets d’EUR déposés reposent sur des thématiques intimement liées à des secteurs d’activités ou applications industrielles dont le poids économique est appelé à augmenter exponentiellement durant la prochaine décennie. Nous avons pour ambition de faire d'Angers d’ici 10 ans une référence européenne reconnue dans ces trois domaines. » explique Philippe Simoneau.

 

 

RFI portés par l'UA