Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

I love Open access - Université Angers

I love Open access

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page
I love Open access

Jean-Paul Saint-André, président de l’Université d’Angers est l'un des 60 premiers signataires de la tribune parue vendredi 15 mars dans le journal Le Monde.
Avec une soixantaine de membres de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche (présidents d’universités, directeurs de maisons des sciences de l’homme, éditeurs, revues, représentants de bibliothèques universitaires, enseignants-chercheurs), il a lancé un appel ouvert à tous, ingénieurs, chercheurs, étudiants, documentalistes, bibliothécaires, journalistes, etc en faveur de l'accès ouvert aux résultats de la recherche.

Trois questions à Loïc Chaumont, enseignant-chercheur en mathématiques qui a justement fait ce choix.

Pourquoi avoir fait le choix de l'Open Access ?

« D'abord pour des raisons philosophiques. La connaissance appartient à tout le monde et doit être gratuite et accessible à tous. La seule chose qui importe dans le monde scientifique est la paternité des résultats obtenus. Par conséquent, une fois établies, pourquoi ne pas rendre nos publications libres d'accès ? De plus les expériences menées jusqu'ici, de journaux ou bases de données en Open Access entièrement gérés par la communauté scientifique elle-même ont remporté pour la plupart un franc succès. Pourquoi ne pas généraliser ce principe à toutes les publications ? Je dépose mes pré-publications depuis au moins dix ans sur ARXIV et, depuis trois ans, le Laboratoire angevin de recherche en mathématiques publie officiellement sur HAL, la base des équipes de recherche du CNRS. La BU travaille à établir une passerelle entre HAL et la future archive ouverte de l'UA. »

L'Open Access peut faire peur, ce n'est pas votre cas ?

« Je fais confiance aux bases de données car chaque document déposé est daté, ce qui met à mal les craintes de plagiat. Quoi qu'il en soit, il est toujours possible et même souhaitable, de déposer la version pré-publiée d'un document sur une base de donnée libre d'accès, une fois que celui-ci est publié. Au niveau du laboratoire, l'archive ouverte présente également l'avantage de favoriser l'organisation et en particulier de prendre de l'avance sur les périodes d'évaluation où la production scientifique doit être communiquée. »

Quel serait votre meilleur argument si vous deviez convaincre un collègue de diffuser ses publications en archive ouverte ?

« Ce qui est bon pour le laboratoire et l'université est bon pour le chercheur ! De plus l'archive ouverte permet une bien meilleure diffusion des résultats à travers la communauté scientifique. »

Propos recueillis par Thérèse Rosset

*
*
*

Le CA vote la création d'une archive ouverte institutionnelle

Après avoir recueilli l'avis favorable du conseil scientifique le lundi 11 mars, le conseil d'administration du 28 mars 2013 a voté :

  • la création d’une archive ouverte institutionnelle, pour diffuser et valoriser la recherche de l’Université d’Angers,
  • l’adoption d’un mandat de dépôt : les chercheurs seront appelés à signaler l’ensemble de leurs publications et à en déposer le texte intégral. Celui-ci sera diffusé en libre accès chaque fois que possible, ou si nécessaire en intranet.

Cette décision fait suite à dix mois de rencontres, de réunions et d'échanges entre les laboratoires et la bibliothèque universitaire pilote du projet.

L’Université d’Angers est l’un des premiers établissements d’enseignement supérieurs français à adopter un mandat de dépôt. Une décision déjà saluée sur les réseaux sociaux !

*
*
*

La tribune

Plus de 2000 personnes sont signataires de cette tribune.

Pour lire cette tribune et la signer à votre tour, RDV sur sur le site I love open access.

En savoir plus sur l'Open acess à l'UA

Suivez le blog : http://blog.univ-angers.fr/projetao/