Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Green attitude - Université Angers

Green attitude

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

L’UA cultive la green attitude !

Caisse de ramette papier label "Ange bleu" dans l'herbe

Le magazine L'Etudiant, en partenariat avec le réseau Entrepreneurs d'avenir, a enquêté fin 2011 pour savoir si les établissements d’enseignement supérieur étaient sensibles au développement durable. Au total, 76 établissements sur 300 contactés ont répondu au questionnaire. Résultats : la liste des établissements engagés dans cette démarche vient de paraitre et l’Université d’Angers est classée parmi les 18 universités les plus investies ! Elle se distingue en matière de gouvernance, de formation et de recherche. Le point sur cette « green attitude ».

Méthodologie et classement

Suite à l’enquête, les établissements ont été classés en 5 catégories en fonction de leur degré d’engagement : exemplaires, engagés, challengers, prometteurs et sensibilisés. Pour cela, 12 critères ont été évalués, affectés chacun de coefficients. Ont ainsi été pris en compte pour la gouvernance, par exemple la mise en place d’un comité de pilotage et de plans d’action développement durable, l’existence d’indicateurs ou encore de référents dans ce domaine. Pour les formations, ce sont l’ensemble des cours, conférences et autres initiatives pédagogiques originales qui ont été valorisées. Enfin, concernant la recherche, les équipes favorisant la recherche et publiant sur ces questions ont été citées.

Une université pilote

Pour sa gouvernance et ses formations, l’Université d’Angers se classe dans les universités « engagées » juste derrière l’Université de Versailles-St Quentin-en-Yvelines et l’Université  catholique de Lille. Elle est aussi listée parmi les universités « challenger » pour sa recherche. L’UA a en effet été pilote au niveau national en s’engageant dès 2008 sur cette voie. « Gérard Moguedet, ancien 1er vice-président de l’UA, très impliqué dans cette démarche, s’est attaché pendant 4 ans, à mettre le développement durable au cœur de notre établissement : de la mise en place d’un parking à vélos ou encore du tri sélectif des déchets, en passant par un projet de chaudière à bois c’est lui qui est le fer-de-lance de cette green attitude. Il serait aujourd’hui fier de ce classement. », commente Christian Roblédo, nouveau vice-président en charge du développement durable. Et d’indiquer : « la nouvelle équipe souhaite bien entendu poursuivre sur cette voie. Nous envisageons notamment la mise en place d’un agenda 21 ou encore d’un plan de déplacement d’établissement.» D’autres projets verront prochainement le jour, où l’ensemble des acteurs de l’université sera partie prenante. Projets pour lesquels l’UA souhaite désormais introduire une dimension sociale plus importante et s’inscrire dans une démarche de responsabilité sociétale des universités.

100% de papier éco-responsable et zéro pesticide

Parmi les actions récentes, on peut en citer deux exemples concrets qui prouvent l’engagement fort de l’UA en matière de développement durable :

  • Pour toutes ses impressions sur copieurs (y compris à la reprographie), l’UA utilise 100% de papier éco-responsable. Il s’agit à 30% de papier issu de forêts géré durablement (PEFC) et pour le reste de papier 100% recyclé labellisé « ange bleu «  (c’est-à-dire à blanchiment réduit). Les impressions en recto/verso sont par ailleurs privilégiées.
  • Un marché concernant les espaces verts est actuellement en cours. Une gestion écologique a été imposée aux prestataires. Cela signifie qu’il leur a été demandé de n’utiliser aucun pesticide et de prévoir une gestion différenciée des pelouses, sous-bois et prairies afin de favoriser la biodiversité.

Delphine BOISDRON

Commentaire de PONTIE posté le 27 avril 2012 à 13:03

Bravo pour le classement. En ce qui concerne la suite il y a des économies à faire au niveau énergétique (les moniteurs des ordinateurs non éteints la nuit, le chauffage trop élevé qui pourrait être diminué d'1 degré dans certains établissements, notamment). Il serait également opportun de faire refaire chaque année un bilan carbone des établissements de l'université d'Angers ainsi que cela a été fait récemment à l'ISSBA, cela permet de faire un diagnostic clair et d'envisager des solutions d'économies. Les étudiants aujourd'hui peuvent travailler là-dessus grâce au bilan carbone campus ! C'est aussi une solution économique. Il faut référencer les personnes sources en bilan carbone (formé par l'ADEME) à l'université d'Angers.

Voilà quelques pistes de réflexions...pour poursuivre un développemenbt durable.

*
*
*

En savoir plus

Mission développement durable
Patrick Perraut (patrick.perraut @ univ-angers.fr)
02 41 96 22 56

Recherche et le développement durable