Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Emile Cédille - Université Angers

Élections 2018 du vice-président Étudiants

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Émile Cédille, nouveau VP Étudiant·e·s

Émille Cédille

Inscrit en licence Sciences et vie de la terre, Émile Cédille a été élu vice-président Étudiant·e·s par la Commission de la formation et de la vie universitaire, le 26 février 2018. Il représentera les 23 000 étudiants de l’Université d’Angers durant les deux prochaines années, en remplacement de Safia Kiker.

La Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) s’est réunie lundi dernier dans sa nouvelle configuration. Les 16 étudiant·e·s élus lors du suffrage du 30 janvier 2018 étaient pour la première fois présents. Comme le prévoit les statuts, l'ensemble des membres a procédé à l’élection d’un nouveau vice-président Étudiant·e·s. La majorité des votes s’est portée sur Émile Cédille. Le candidat de la liste « Bouge ton campus » (Fé2A) a recueilli 26 voix, contre 10 pour le représentant de l’Unef, Pierre Bioret.

Originaire de La Chapelle-Basse-Mer, en Loire-Atlantique, Émile Cédille, 19 ans, a découvert l’UA en septembre dernier. Après avoir décroché un bac S en juillet 2017, au lycée Joubert-Émilien Maillard à Ancenis, il s’est inscrit en 1re année de licence Sciences et vie de la terre (SVT) et suit depuis le second semestre le parcours de géologie. Son but à terme : travailler dans le domaine de l’hydrogéologie.

Engagement précoce

Dès le lycée, Émile Cédille s’est impliqué dans la vie de son établissement. Durant 3 ans, il a siégé en tant qu’élu au Conseil de la vie lycéenne et a été membre du conseil d’administration du lycée Joubert. Arrivé à l’université, il a poursuivi son engagement en adhérant à la Corporation des étudiants en sciences d’Angers, puis à la Fé2A en novembre dernier. Il est également le représentant de sa promotion auprès de la Faculté des sciences.

Fier de « représenter les étudiants auprès des instances », l’ex-rugbyman qui culmine à 1,96 mètre a dressé une liste de priorités pour ses 2 ans de mandat qu’il inscrit dans le prolongement de celle qui lui a précédé. « Je poursuivrai les projets entamés par Safia Kiker et j’apporterai ma pierre à l’édifice ».

Généralisation du tutorat

Le nouveau vice-président entend œuvrer pour améliorer encore la réussite des étudiant·e·s. Il souhaite notamment les impliquer davantage dans la Liaison lycées-université. La généralisation rapide du tutorat, « tel qu’il a été mis en place en santé et tel qu’il est prévu » dans le projet Thélème, lui tient également à cœur. Autre souhait : la mise en place rapide pour tous d’un module 3PE (Projet personnel et professionnel de l’étudiant), afin de favoriser l’orientation et l’insertion professionnelle.

Émile Cédille soutiendra les associations et veut mieux valoriser l’investissement des responsables associatifs. Il prévoit également de relancer le congrès des présidents d’associations, afin de « redonner de la place à leurs voix au sein des instances ».

Maison des étudiants

L’un de ses gros dossiers sera la création d’un lieu de vie au cœur du campus Belle-Beille. Cette « Maison des étudiants » devrait voir le jour dès la rentrée 2018, dans les locaux de l’ancienne cafétéria Astrolabe. Les étudiants pourront s’y retrouver, et apprendre à connaître les associations à travers les animations qu’elles proposeront, « en journée d’abord, puis le soir et le week-end pour animer le campus », souligne celui qui loge dans ce quartier, en résidence universitaire.

Enfin, Émile Cédille s’efforcera de mieux faire connaître le rôle des élus en espérant susciter l’intérêt des étudiants électeurs (la participation a avoisiné les 10 % le 30 janvier). Il propose la mise en place d’un module de formation, à chaque début d’année, sur le fonctionnement de l’université et la place des représentants étudiants. « Sur le modèle de ce qui se fait déjà en 1re année sur le fonctionnement de l’Espace numérique de travail (ENT). Comme cela, les étudiants sauront à quoi l’on sert et prendront conscience de l’importance de leur voix au sein de l’université ».

 

Consulter l'intégralité des propositions d'Émile Cédille

*
*
*