Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Élection Safia Kiker - Université Angers

Élections 2016

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Safia Kiker, nouvelle vice-présidente Étudiants

Safia Kiker, vice-présidente Étudiants de l'UA

Inscrite en droit, Safia Kiker a été élue vice-présidente Étudiants par la Commission de la formation et de la vie universitaire, le 7 mars 2016. Lors des deux prochaines années, elle représentera les 22 000 étudiants de l’Université d’Angers, en remplacement de Maurine Péron.

Issue des élections du 19 janvier 2016, la nouvelle Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) s’est réunie pour la première fois lundi dernier. Après avoir porté à la tête de l’instance Sabine Mallet, les membres de la CFVU ont élu Safia Kiker à la vice-présidence Étudiants. La candidate de la liste Fé2A a recueilli 20 voix, contre 12 pour le représentant de l’UNEF, Étienne Béraud, et 2 pour Geoffroy de Malet soutenu par l’UNI.

Étudiante à l’Université d’Angers depuis 2011, Safia Kiker, 22 ans, est inscrite en 1re année de master de droit public (parcours droit public général). Elle a acquis une solide connaissance du fonctionnement de l’établissement et de ses partenaires, en devenant l’une des ambassadrices du guichet Infocampus dès sa création à l’été 2014. Bénévole durant toute sa licence au sein du Genepi, qui intervient en prison, Safia Kiker s’est investie depuis la rentrée 2015 auprès de la Fé2A, en tant que vice-présidente Égalité. Depuis septembre, elle siège en parallèle au sein de la commission Égalité de l’UA.

Favoriser l’engagement

Safia Kiker a dressé une liste de priorités pour ses 2 ans de mandat. Elle souhaite notamment encourager et valoriser l’engagement associatif. « L’Université d’Angers a la chance de bénéficier d’associations étudiantes nombreuses et riches en diversité d’actions et d’objectifs. Ces associations sont l’occasion pour les étudiant.e.s de véritablement s’épanouir au sein de leur environnement universitaire. Les replacer au centre des politiques de vie des campus et de vie étudiante permettra de lutter contre l’isolement, qu’il soit social ou scolaire, de certain.e.s étudiant.e.s et ainsi de développer le sentiment d’appartenance à l’Université. Pour cela, il est essentiel de développer de manière encore plus importante l’accompagnement des associations étudiantes par l’Université mais également de développer leur consultation », explique Safia Kiker qui compte relancer un organe consultatif, la Conférence des présidents d’associations. La nouvelle vice-présidente entend encourager le bénévolat, quel qu’il soit. Elle espère, par exemple, mettre en place un « forum du bénévolat », ouvert aux associations locales, étudiantes ou non, « afin que tous ceux qui ont envie de s’investir trouvent leur place ».

Connaître l’UA, s’investir dans la vie de la communauté

Autre cheval de bataille : la démocratie étudiante, faire en sorte que les étudiant.e.s ne soient pas seulement des « usagers », mais « des acteurs.trices » de la communauté universitaire à laquelle ils/elles appartiennent au même titre que les enseignant.e.s-chercheur.ses et personnels BIATSS. « Le premier objectif sera de lutter contre la méconnaissance du fonctionnement interne, et notamment démocratique, de l’université par ses usagers quotidiens. Pour cela, je propose la mise en place d’un module de formation et d’enseignement sur le fonctionnement de l’université à destination des étudiants de 1re année ». Elle envisage également l’organisation de portes ouvertes des services de l’UA, notamment de la présidence, « pour comprendre comment cela fonctionne de l’intérieur ».

Parmi les autres propositions :
  • l’institutionnalisation d’un accompagnement des étudiants de 1re année par leurs pairs de 2e ou 3e année ;

  • l’installation dans chaque composante d’une instance de dialogue, d’un « modérateur » chargé de résoudre les difficultés entre étudiant.e.s et l’administration ;

  • la création d’une brigade d’étudiant.e.s se déplaçant sur les campus pour sensibiliser aux questions d’égalité, sur le modèle des étudiants relais-santé ;

  • l’harmonisation et le renforcement de la Liaison lycées université, notamment en systématisant la présence d’un.e étudiant.e lors des rencontres avec les lycéens ;

  • la rédaction et la mise en place d’un plan de vie étudiante à l’échelle de l’Université Bretagne Loire .

 Consulter l’intégralité des propositions de Safia Kiker

*
*
*