Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Convention Ifsi - Université Angers

Une convention de coopération renforcée

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Ifsi : des étudiants à part entière

Des élèves infirmières

Grâce à une convention unique en son genre, signée entre l’Université d'Angers, la Région, les Instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi) et l’Agence régionale de santé, les élèves des Ifsi du Maine-et-Loire bénéficient désormais des mêmes droits et services que les étudiants de l’université. Un accord qui ouvre la voie à un rapprochement des établissements de formation des professionnels de santé.

Le Maine-et-Loire compte quatre sites de formation en soins infirmiers, à Cholet, Beaupréau, Saumur et Angers. Les 860 étudiants des Ifsi, instituts financés par la Région et gérés par les centres hospitaliers, n’avaient jusqu’ici pas les mêmes avantages que leurs homologues de l’université. Alors qu’ils s’acquittent des mêmes droits d’inscription.

Cette injustice, dénoncée par les syndicats étudiants, est réparée en Anjou. Suite à la convention signée le 14 octobre, les étudiants en soins infirmiers ont désormais accès :

  • à une carte d’étudiant de l’UA ;
  • à l’espace numérique de travail développé par l’université ;
  • au Service de médecine préventive et de promotion de la santé (Sumpps) ;
  • aux bibliothèques universitaires (BU) ;
  • au Service universitaire des activités physiques et sportives (Suaps), selon les mêmes conditions que les étudiants de l’UA.

Ils pourront également voter pour choisir leurs représentants aux instances de l’université.

Universitarisation

Les partenaires ont signé la convention le 14 octobre 2016
Sans changer l’organisation de la formation en soins infirmiers, ni son contenu, la convention pose également les bases d’une coopération renforcée entre les acteurs. Les établissements vont échanger sur leurs pratiques, harmoniser des procédures, en matière de stage notamment. Un partage de ressources d’enseignement est envisagé.

Une réflexion est engagée sur les étapes nécessaires à la création d’un département en soins infirmiers au sein de l’université et de son UFR Santé.

L’UA va aussi promouvoir auprès des infirmiers diplômés d’État (bac + 3) la possibilité de poursuite d’études, à travers un master, voire un doctorat. La recherche en soins infirmiers sera encouragée (un DU Recherche paramédicale vient de naître à Angers).

Le développement de formations interprofessionnelles, initiales ou continues, est également à l’étude. Sans attendre, des journées communes organisées les 12 et 13 mai 2017 réuniront les étudiants des différents secteurs, futurs médecins, pharmaciens, sages-femmes (qui étudient ensemble à l'UA dans le cadre du parcours PluriPASS) et les élèves en soins infirmiers… Objet : apprendre à se connaître pour, dans l’avenir, encore mieux travailler ensemble.

Cette convention de coopération, unique en France, est lancée à titre expérimental.
Un bilan sera effectué à la fin de l’année universitaire 2016-2017, avant sa probable reconduction.

Le chiffre : 68

En contrepartie des nouveaux services offerts aux étudiants en soins infirmiers, les trois centres hospitaliers de Cholet, Saumur et Angers se sont engagés à verser une contribution de 68 euros par élève à l’UA. Soit un total de 57 324 euros.

Ils ont dit

• « Cette convention va permettre aux étudiants en soins infirmiers d’accéder à un niveau de services bien souvent nécessaires à l’accomplissement de leur formation et qui leur permettront de vivre pleinement leur vie étudiante ».
Bruno Retailleau, président du Conseil régional des Pays de la Loire

• « Il nous apparaît essentiel que les étudiants de médecine, de pharmacie, ou en soins infirmiers, puissent partager quelque-chose pendant leurs études. Cette coopération sera au cœur de leur vie professionnelle ».
Christian Roblédo, président de l’UA

• « Le CHU d’Angers se félicite de cette expérimentation qui va forcément être observée par les autres régions. Elle va notamment permettre la poursuite du décloisonnement de la formation en soins infirmiers, et ouvre de nouvelles opportunités pédagogiques ».
Sébastien Tréguenard, directeur général adjoint du CHU d’Angers

• « C’est une vraie avancée, et c’est aussi un investissement dans l’avenir. Apprendre ensemble va nous permettre de mieux travailler ensemble, de nouer des liens dès les études, dans une profession où les réseaux sont essentiels ».
Jérôme Cady, représentant des étudiants de 2e année de l’Ifsi d'Angers