fr | en

Séparés par des virgules

L’UA entre au classement de Shanghai

Pour la première fois, l’Université d’Angers apparaît sur le prestigieux classement des meilleures universités du monde.

Chaque été, le classement académique des universités mondiales (Academic ranking of world universities en anglais, ARWU), est publié par l'Université de Jiao Tong de Shanghai en Chine. Se basant sur les travaux d'un cabinet indépendant, il prend en compte six critères d’évaluation : le nombre de prix Nobel et médailles Fields parmi les anciens élèves et parmi les professeurs, le nombre de chercheurs les plus cités dans leur discipline, le nombre de publications dans les revues scientifiques Nature et Science, le nombre de chercheurs répertoriés dans le Science citation index-expended (SCIE) et le Social science citation index (SSCI) et la performance moyenne des professeurs.

Depuis sa création en 2003, l’université américaine d’Harvard a toujours occupé la première place de ce palmarès. La version 2019 ne fait pas exception. Les universités de Stanford (États-Unis) et Cambridge (Royaume-Uni) complètent le podium. La première université française pointe à la 37e place, grâce au nouvel établissement « Paris Sud ».

35 établissements français

Depuis 2017, le classement a été élargi au-delà des 500 premières universités, et fait désormais apparaître les établissements pouvant prétendre au « Top 500 » mondial. C’est dans cette liste complémentaire qu’apparaît pour la première fois l’Université d’Angers, entre la 901e et la 1000e place.

Seules 35 universités et écoles françaises figurent dans le « Top 1000 ».

« Une belle reconnaissance »
« C’est une réelle satisfaction de voir apparaître l’UA dans ce type de classement international qui prend en compte essentiellement des critères d’excellence de la recherche,
s'est félicité Christian Roblédo, président de l'UA. Alors que l’UA est reconnue depuis plusieurs années pour sa réussite en licence, cette nouvelle visibilité nationale et internationale est un signal significatif pour l’ensemble des enseignants-chercheurs de notre établissement. Mais je ne suis pas surpris. Quand on regarde les résultats publiés par l’OST par exemple, on constate que l’UA possède des pics de visibilités scientifiques notables. Ce qui est extrêmement encourageant aussi, c’est d’analyser à quel rang national nous place le classement de Shanghai. Se situer dans les 35 premiers établissements français, nous range dans le premier quart du tableau national. C’est une belle reconnaissance des efforts faits par l’ensemble de nos équipes de recherche et traduit aussi, indirectement, que les soutiens de notre établissement en leur faveur portent leurs fruits ».

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Scroll