Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Agenda d'accessibilité programmée - Université Angers

Agenda d'accessibilité programmée

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Accessibilité : 2 millions investis sur 7 ans

Un jeune homme en fauteuil pénètre dans l'un des bâtiments de l'UA

Engagée en faveur de l'accessibilité pour les personnes en situation de handicap, l'Université d'Angers a décidé d’investir 2 millions d’euros d’ici 2022 pour aménager l'intégralité de ses campus (bâtiments et extérieurs).

En 2013, la loi pour l'Enseignement supérieur et la recherche a obligé les établissements à se doter d'un Schéma directeur du handicap et à élaborer, dans le cadre du volet immobilier, un Agenda d'accessibilité programmée (Ad’ap), récapitulant les travaux à prévoir.

L’Université d'Angers a présenté son Ad’ap en septembre 2015. Il a été validé par la préfecture deux mois plus tard. Dans ce document, l'UA fixe les échéances qui aboutiront à une meilleure accessibilité de ses espaces d'ici 2022.

Les premiers travaux concerneront les deux bibliothèques universitaires (Saint-Serge et Belle-Beille), l'Espace culturel et le Suaps. La phase d’études a débuté, les aménagements se concrétiseront en 2017. « Notre but, c’est de rendre accessibles en priorité les lieux susceptibles d’accueillir un large public, interne et externe, explique Christophe Quémener, chargé d'opérations à la Direction du patrimoine immobilier de l'UA. À la BU Saint-Serge, il y a par exemple la signalétique ascenseur à renforcer, l'ascenseur à remettre aux normes et les sanitaires à revoir. À l’entrée de l’Espace culturel, il y a actuellement une marche de 3 cm, alors qu’il faudrait un maximum de 2 cm. Les abords du complexe sportif manquent d'éclairage et la place de parking réservée aux personnes en situation de handicap n'est pas forcément aux bonnes dimensions… » La liste ne s'arrête pas là. Sur la base d'un diagnostic établi en amont de l'Ad'ap, 238 000 euros sont prévus pour cette première vague.

Gros programme en sciences

Les travaux seront complétés en 2017 par une série d'interventions, principalement dans les bâtiments A, B, E et F de l'IUT, pour un montant total de 214 000 euros. En 2018, 322 000 euros seront investis, avec notamment l'aménagement de la Faculté de droit, d’économie et de gestion et les bâtiments D, Da, Db de la Faculté des sciences. Une somme de 428 000 euros permettra en 2019 la réalisation de travaux dans cette même Faculté des sciences (bâtiments A, A', B, B', C, C', E, F, G, H). L’intervention sera complétée l’année suivante, dans les bâtiments I, J, K, L et N (221 000 € prévus pour 2020). En 2021, 285 000 € seront engagés pour améliorer les conditions d’accès de l'Istia et de plusieurs bâtiments du site Pharmacie de l'UFR Santé. Enfin, en 2022, 303 000 € sont programmés, notamment pour la mise en conformité de la Présidence et des bâtiments C, D et E du site Pharmacie de l'UFR Santé.

Tout type de handicaps

Avant chaque opération, Christophe Quémener passera dans les composantes ou services pour dialoguer avec les usagers et envisager la solution la plus adéquate à mettre en place. Autant que possible, aucune déficience ne sera écartée.

Par exemple, pour permettre la circulation de personnes en fauteuil, des rampes d'accès seront créées. « Les rampes pourront aussi être utilisées par un manutentionnaire ayant une charge lourde à porter ». Les déficients visuels emprunteront plus aisément les escaliers grâce à un rallongement des rambardes en bas et en haut, et à l'installation de bandes podotactiles. Le handicap auditif sera lui aussi pris en compte. Des boucles à induction magnétique (BIM) seront installées sur les interphones, afin que les personnes équipées d'appareils auditifs puissent entendre leur interlocuteur.

Les nouvelles constructions aux normes

Le programme vient en complément de ce qui a déjà été fait sur les bâtiments récents, dans le cadre de rénovations ou grâce à une première enveloppe débloquée par l’UA. En 2015, le hall d’accueil de la Faculté des lettres, langues et sciences humaines a ainsi été repensé, et l’accessibilité de la Maison de la recherche Germaine-Tillion améliorée.

L’Ad’ap ne tient pas compte non plus de ce qui sera réalisé dans les prochaines années dans le cadre des travaux inscrits au Contrat de plan État région (CPER) 2015-2020. « L'idée, pour les nouveaux locaux, c’est de tout de suite penser à la réglementation handicap », indique Olivier Derouet, qui occupe, jusqu’au 1er septembre, le poste de directeur du patrimoine immobilier de l'UA.

Le chiffre : 100 000

Pour le financement de ses travaux, l'Université d'Angers s'est engagée à consacrer une enveloppe annuelle de 100 000 euros sur ses crédits propres. Elle bénéficie par ailleurs de subventions du ministère.