Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Rencontre avec l'auteur uruguayen Carlos Liscano - Université Angers

Rencontre avec l'auteur uruguayen Carlos Liscano

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Entretien vidéo avec Carlos Liscano

Carlos Liscano
Une journée d'étude autour de l’œuvre de Carlos Liscano a été organisée par le laboratoire 3L.AM le 14 novembre. Les conférences ont eu lieu en présence de l'auteur uruguayen. Entretien avec cet écrivain qui s'est mis à écrire alors qu'il était prisonnier politique durant 13 ans.

 

 

 

 

Biographie

Né à Montevideo en 1949, Carlos Liscano est une des figures majeures de la littérature uruguayenne contemporaine. Sa trajectoire est peu commune : jeune combattant révolutionnaire dans les années 60-70, il est arrêté en 1972 à l’aube de la dictature militaire, et passe 13 ans de sa vie en prison, subissant la torture et les humiliations exercées sur les prisonniers politiques de l’époque. Libéré parmi les derniers prisonniers politiques lors du rétablissement de la démocratie, il part en Suède où il réside pendant plusieurs années, puis à Barcelone avant de rentrer en Uruguay où il vit actuellement (il est Directeur de la Bibliothèque Nationale).

Son œuvre, commencée en prison, poursuivie en Europe, puis en Uruguay, est riche et variée, et comporte plusieurs romans (dont le premier, La demeure du tyran, entièrement écrit en prison), des nouvelles, des récits autobiographiques, des pièces de théâtre, des essais littéraires, de la poésie et de la littérature illustrée.

A travers ses engagements politiques et humains et surtout à travers son œuvre, Liscano porte en lui une bonne partie de l’histoire uruguayenne des quatre dernières décennies. Son œuvre est traversée par des questionnements essentiels ayant trait à la condition humaine, à l’emprise de la pensée totalitaire, à la violence et ses séquelles, à la mémoire et à l’oubli.

*
*
*