Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Leonardo Padura Fuentes - Université Angers

Rencontre avec l'auteur cubain Leonardo Padura Fuentes

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Entretien vidéo avec Leonardo Padura Fuentes

Le 3 octobre 2012

Leonardo Padura Fuentes
À la veille de l’inauguration du Colloque International Alejo Carpentier, El Siglo de las Luces (1962) dans le cinquantième anniversaire du roman, qui s'est tenu du 4 au 6 octobre à Angers et à Nantes, le 3L.AM et le Département d’Espagnol ont organisé une rencontre avec Leonardo Padura Fuentes, auteur cubain qui a étudié l'oeuvre d'Alejo Carpentier. Entretien vidéo.

 

 

 

 

Biographie

Né à La Havane en 1955, Leonardo Padura Fuentes a été journaliste à Juventud Rebelde, chef de rédaction de La Gaceta de Cuba, critique littéraire dans le mythique Caimán Barbudo et essayiste, ses travaux sur le réel merveilleux et notamment sur l’œuvre d’Alejo Carpentier font référence. Il est également auteur de scénarios de films et, surtout, romancier.

Sa tétralogie Les quatre saisons (publiée à Cuba, au Mexique et en Espagne) a fait de lui un des auteurs les plus connus du roman noir en langue espagnole et au-delà (elle est traduite en allemand, anglais, coréen, danois, français, italien, néerlandais et portugais). Dans ses romans, Padura dépasse les schémas du genre tel qu’il était pratiqué à Cuba avant lui (un roman où les services de l’Etat étaient encensés et représentaient toujours le Bien) pour montrer des situations plus complexes, où le désenchantement et l’incertitude dominent. Padura lui-même a signalé le caractère faussement policier de ses romans néopoliciers, où « les énigmes sont résolues très facilement », car ce qui l’intéresse avant tout c’est de pénétrer dans la réalité cubaine. Son protagoniste, le lieutenant Mario Conde, est à ce sujet un policier atypique, sensible, amoureux de littérature et attiré par les marges de la société.

L’œuvre de Padura déborde largement le cadre du roman noir ou policier ; pour preuve, son dernier roman, L’homme qui aimait les chiens, à la croisée de plusieurs genres romanesques, qui met en scène Trotsky et son assassin, Ramón Mercader, s’intéressant à un des passages les plus mystérieux de l’Histoire du XXe siècle.

Parmi les nombreux prix et distinctions, Leonardo Padura a reçu le Prix Café Gijón, le Prix International du Roman Noir, le Prix Hammett, le Prix National de Journalisme Culturel et le Prix de la Critique Littéraire à Cuba, le Prix Carbet de la Caraïbe...

Commentaire de emmanuel Michel posté le 30 décembre 2012 à 12:52

Bonjour,

Je suis peintre sculpteur et je prépare un livre sur mon travail fait à Cuba (http://www.emmanuelmichel.com/peintures.php?cat=18). J'aurai aimé rentrer en contact avec L.Padura pour envisager une préface...avez vous un contact mail ou une adresse à laquelle je peux le joindre?

merci,

Cordialement

Emmanuel Michel

06 60 15 14 21

*
*
*