Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Appel à candidatures pour une allocation doctorale de la région des Pays de le Loire - Université Angers

Appel à candidatures pour une allocation doctorale de la région des Pays de le Loire

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Appel à candidatures pour une allocation doctorale de la région des Pays de le Loire

Du 16 avril 2015 au 29 mai 2015

Description du sujet de la thèse

Proximité et santé : réalisation d’un indicateur composite d’éloignement à la santé pour une typologie des territoires. Regards croisés en Pays de la Loire, et au Québec.

 

Les récentes réflexions autour de la santé et de sa territorialisation s’intègrent dans le cadre d’une volonté marquée, par les pays occidentaux, d’améliorer les conditions de production de santé. Cette volonté d’améliorer les systèmes de santé est un enjeu de santé publique et un enjeu financier considérable pour des sociétés où les dépenses de santé interrogent la cohérence entre les besoins en santé d’un territoire et de ses habitants, et l’action publique (tous secteurs confondus) qui impacte les déterminants de la santé sur ce même territoire.

 En France comme au Québec, les enjeux en termes de démographie, de vieillissement de la population, de modernisation de l’offre de soins, d’augmentation des dépenses de santé en % du PIB, d’éducation, d’action sociale et environnementale ramènent au cœur de la pensée sanitaire et sociale la question de l’échelle d’action : entre planification nationale et enjeux locaux.

 Sur ce sujet de proximité et santé, il s’agit en s’intéressant à des territoires distincts, les Pays de la Loire, et le Québec, de creuser les questions des inégalités de santé et de les synthétiser. Le territoire Québécois est un support clé. En effet, il a été l’objet de différentes études reconnues sur les inégalités de santé, notamment grâce aux travaux de R. Pampalon, et à la création de son indice de défavorisation matérielle et sociale pour l’étude des inégalités de santé au Québec. Par ailleurs, le système de santé québécois repose sur un modèle

professionnel non hiérarchisé, qui traduit une organisation des soins primaires laissée à l’initiative des acteurs (Bourgueil et al., 2009) dans une logique territorialisée à l’échelle locale. Confronter le cas Québécois à la situation en Pays de la Loire permettra d’effectuer des comparaisons, de s’inspirer des méthodes et outils développés au Québec (la thèse sera co-dirigée par Un professeur de l’Institut national de la recherche scientifique INRS - à Montréal), et de valoriser une dimension internationale pour le projet de thèse.

A travers la notion de proximité, qu’elle soit géographique ou organisationnelle (au sens proximité de pratiques et d’usages), la géographie sociale vient interroger les phénomènes d’inégalités et de défavorisation de santé. La réflexion en termes de proximité aux services de santé ne suffit plus. La caractérisation de l’éloignement à la santé (et pas seulement aux soins) sur un territoire doit donc ajouter aux mesures de distances, des indicateurs relatifs aux déterminants socio-environnementaux de la santé reliés aux notions de capital social, culturel et économique des individus, ou de ressources territoriales. L’analyse conjointe de ces dimensions devra permettre de synthétiser un indicateur afin de caractériser les territoires selon qu’ils favorisent un bon accès à la santé dans toutes ses dimensions ou au contraire selon qu’ils recèlent des facteurs défavorables, creusant de ce fait des inégalités territoriales de santé.

Au regard des outils et méthodes de la géographie sociale, ce projet doit rendre compte d’une typologie des espaces en tentant de dépasser l’étude statistique et de la combiner à une approche qualitative. L’approche statistique inspirée de l’indicateur de Pampalon notamment, permettra une meilleure connaissance des phénomènes d’éloignement à la santé d’une population. Associée à une approche plus qualitative ; sous forme d’entretiens et d’observations auprès des acteurs de santé du territoire, ce projet devra permettre d’élargir la connaissance des rapports des individus et des populations à l’espace et à la santé. L’approche qualitative doit éclairer le choix des indicateurs utilisés pour construire l’analyse statistique. Trop souvent ceux-ci ne sont choisis que pour des raisons de disponibilité sur les pas de temps et échelles étudiés. Ici il s’agira, si l’analyse qualitative en démontre l’utilité, de produire de nouvelles données (au moyen d’enquêtes par exemple) afin de construire les indicateurs les plus pertinents possibles. Il s’agira également de valider par l’expérience de terrain les interprétations qui pourront être faites à partir de données statistiques.  

L’outcome principal attendu de cette thèse est une cartographie des territoires sous la forme d’une typologie de proximité/éloignement à la santé, transposable et généralisable, pouvant servir d’outil pour guider l’allocation des ressources et l’orientation des politiques ayant trait à la santé dans les territoires.

Candidatures à adresser à sebastien.fleuret @ univ-angers.fr accompagnées obligatoirement d’un CV, une lettre de motivation et le relevé des notes de M1 et M2 (au cas où ce dernier ne serait pas encore validé, fournir les relevés de note partiels ainsi que la date de jury prévue).

Date limite : le 29/05/2015