Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

ENSFR - Université Angers

European Network for Short Fiction Research

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

ENSFR, le nouveau réseau de la nouvelle

Michelle Ryan-Sautour et Emmanuel Vernadakis

Le Crila, Centre de recherches interdisciplinaires en langue anglaise a impulsé la création d’un réseau européen centré sur les formes brèves de récit (nouvelles, contes…). Objectif : faciliter les échanges entre chercheurs et faire émerger de nouvelles thématiques à explorer, par-delà les frontières.

Les 20 et 21 novembre 2015, le Crila a rassemblé à l'Université d'Angers une centaine de chercheurs et spécialistes à l’occasion d’un colloque international sur le thème de « La hantise » dans la nouvelle et ses adaptations filmiques ou graphiques (« Haunting in short fiction and its adaptations »). Cet événement, marqué par la présence de l’écrivain britannique Jon McGregor, constituait le deuxième grand rendez-vous du récent réseau européen cofondé par le Crila, baptisé European Network for Short Fiction Research (ENSFR).

Emmanuel Vernadakis et Ben Forkner,
L’étude de la nouvelle et des courts récits de fiction (contes, littérature de jeunesse…) est un créneau dit de « niche » sur lequel le Crila s’est taillé une solide réputation nationale et internationale. Depuis 1983, à l’initiative de Ben Forkner, le centre publie deux fois par an, en association avec la Belmont University (Tennessee, USA), une des seules revues consacrées à cette forme littéraire, le Journal of the Short Story in English (JSSE / Les Cahiers de la nouvelle).

Déjà un réseau de facto

Au fil des ans, la place prise par cette revue a amené l'axe « Nouvelles » du Crila à jouer un rôle de relais et d’échanges d’informations au sein de la communauté scientifique. « Puisque nous avions quasiment la seule revue spécialisée, nous faisions de fait un travail de réseau, constate Emmanuel Vernadakis, professeur en littérature anglophone et directeur du Crila, qui de 1997 à 204, a dirigé la revue en collaboration avec Linda Collinge-Germain, autre membre du Crila. Nous animions ce réseau de manière officieuse. On s’est dit : pourquoi ne pas le faire officiellement ? »

Les anglicistes angevins soumettent cette proposition à un de leurs partenaires de longue date, la Edge Hill University, située au nord de Liverpool, connue pour le prix qu’elle décerne chaque année à un écrivain anglophone auteur d’un recueil de nouvelles. Le Crila se rapproche également de l’université catholique néerlandophone de Louvain (KU Leuven) et de son département de littérature irlandaise. Ensemble, ils décident de lancer en février 2014 l’European Network for Short Fiction Research.

Différents ateliers ont été menés en parallèle lors du colloque organisé par le Crila
Le réseau européen a tenu son premier colloque au Trinity College de Dublin en avril 2015. Il fédère aujourd’hui plus de 80 chercheurs, issus d’une quinzaine d’universités françaises, d’établissements britanniques, allemands, belges, espagnols, portugais, italiens… « Des chercheurs souvent isolés dans leur université, étant donné la spécificité de leurs recherches », explique Michelle Ryan-Sautour, maîtresse de conférences en littérature britannique contemporaine, responsable de l’axe Nouvelles du Crila, directrice du JSSE et, désormais, de l’ENSFR.

« Un site interactif »

Pour stimuler les échanges entre membres, le réseau a mis en ligne un blog. « Nous voulons le faire évoluer vers un site interactif, avec des forums, des bibliographies participatives… On voudrait qu’il soit vraiment nourri par les chercheurs, avec l’aide d’un community manager pour administrer et animer cet outil, insiste Michelle Ryan-Sautour. On ne veut pas que ce soit un simple point d’informations, mais qu’il stimule la recherche, en faisant émerger de nouvelles thématiques collectives de travail, qu’il génère des rencontres… »

Le réseau n’entend pas se limiter aux contacts virtuels. Il poursuivra sa série de colloques dès 2016, les 13 et 14 mai, à Edge Hill University, avec des échanges centrés sur « L’intermédialité ». « Il s’agira de voir comment la nouvelle interagit avec d’autres formes artistiques véhiculées par d’autres médias ». Les voies ouvertes par le numérique seront notamment abordées.

*
*
*

Deux jours de colloque

Quarante-six universitaires et personnalités sont intervenus à Angers lors du colloque consacré à l’expression, aussi bien sur le fond que dans la forme, de « La hantise » dans la nouvelle et ses adaptations filmiques ou graphiques.

L’événement organisé par les axes « Nouvelle » et « Civilisation et Arts Visuels » du Crila, s’est tenu sur deux jours, les 20 et 21 novembre 2015, à la Maison de la recherche Germaine-Tillion.
En préambule, le jeudi soir 19 novembre, le film « The Black Cat » de Stuart Gordan, inspiré d’Edgar Allan Poe, a été projeté lors d’une séance ouverte au public, et commenté par Taina Tuhkunen, professeure de cinéma en langue anglaise à l’Université d’Angers, responsable de l’axe « Civilisation et Arts Visuels ».

 

Retrouvez le programme du colloque en version téléchargeable :

Télécharger le programme

 

JSSE : du changement

Le n°63 du Journal of the Short Story in English, consacré à la nouvelle irlandaise au XXIe siècle, est paru durant l'automne 2014 aux Presses universitaires d’Angers. Le n°64 du JSSE, sorti au printemps 2015, rompt avec la tradition. Il s’agit du premier numéro publié aux Presses universitaires de Rennes, désormais en charge de l’édition de la revue.

Le n°65 consacré à l’auteur américaine, Grace Paley, paraitra prochainement. Un numéro double (n°66), composé d’une partie générale et d’une partie thématique, est attendu pour le printemps 2016.

Suivez l'actualité du JSSE