Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Expo ÉcoLitt - Université Angers

Exposition ÉcoLitt

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

La Terre vue des livres

Du 28 juin 2016 au 16 octobre 2016

Blandine Charrier devant l'expo "Si Terre"

Imaginée dans le cadre du programme de recherche ÉcoLitt, qui interroge le lien entre écologie et littérature, l’exposition « Si Terre » est visible jusqu’en octobre à la Maison de la recherche Germaine-Tillion.

Comment le rapport qu’entretient l’Homme avec son environnement se manifeste-t-il dans la fiction contemporaine et la littérature jeunesse ? La question anime une équipe de chercheurs issus des trois universités de la région, spécialistes des lettres ou des langues. Depuis 2 ans et demi, ils passent au crible des textes du monde entier (seule la production nord-américaine, déjà étudiée, a été écartée), analysant les formes que prennent dans les récits les préoccupations écologiques, leur ampleur, les pionniers qui ont introduit ces problématiques… « Le projet s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire, puisqu'il confronte des problématiques littéraires mais aussi des questions relevant de l'histoire des idées et de la philosophie », souligne Anne-Rachel Hermetet, professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Angers, responsable scientifique du programme.

De la recherche pour tous

Précurseurs dans le champ de « l’écocritique », peu développée en France, les chercheurs d’ÉcoLitt ont commencé par réunir une matière première, un corpus, un ensemble de textes de référence qui consacrent une part significative à l’environnement. Le fruit de ces recherches est à disposition de tous. Près de 200 fiches de lecture sont consultables sur le site du programme, avec pour chacune, l’analyse de la présence de la question environnementale dans l'œuvre étudiée. Instructif.

Dans un même souci de partage des connaissances, une exposition vient de voir le jour. Intitulée « Si Terre » (en référence à Cythère, l’île grecque parfois associée au Jardin d’Eden), elle se compose de dix panneaux thématiques qui forment un cheminement : « On regarde le monde qui nous entoure, puis les différents règnes, animal et végétal, explique Blandine Charrier, ingénieure en charge du projet. On prend conscience de l’impact de l’humain, de la crise que traverse la nature, et on finit par une note d’optimisme ».

Un dialogue entre photographie et littérature

Les panneaux sont tous construits selon la même logique, avec une partie définissant un terme ou une expression, une autre interrogeant l’apport de la littérature. Le tout est appuyé par un extrait (les romanciers Jean Giono, Alain Mabanckou, l’auteur de BD Emmanuel Lepage…) et illustré d’une prise de vue de Yannick Le Boulicaut, photographe naturaliste et… professeur de littérature anglaise, membre du Crila.

L’exposition est visible à la Maison de la recherche Germaine-Tillion, tout l’été et jusqu’à la Fête de la science qui aura lieu mi-octobre sur le campus Belle-Beille. Les panneaux devraient ensuite partir dans d’autres universités, mais aussi dans des établissements scolaires. « Nous avons établi une liste d’ouvrages au programme que les enseignants intéressés par l’expo peuvent faire étudier à leurs élèves en parallèle », indique Blandine Charrier.

L'exposition est illustrée par des photographies de Yannick Le Boulicaut

*
*
*

3 ans de programme

Le programme régional ÉcoLitt a été lancé le 1er janvier 2014 pour 3 ans. Retenu au titre des « paris scientifiques » par le Conseil régional des Pays de la Loire, pour l'originalité du sujet, il rassemble près de 30 chercheurs d'Angers, de Nantes et du Mans.

Porté par le Centre d’études et de recherches sur imaginaire, écriture, culture (Cériec), il associe cinq autres laboratoires principaux :

3 jours de colloque

Le vernissage de l'exposition « Si Terre » aura lieu mardi 28 juin à 19 h, au premier jour du colloque international « Ecocritique : nouvelles territorialités ».

Une trentaine de communications sont au programme de cette rencontre qui aura lieu à la Maison de la recherche Germaine-Tillion et au parc d'attraction végétale Terra Botanica. Il sera question des espaces littéraires nouvellement investis par le champ de l'écocritique. Outre les lettres et les langues, d’autres disciplines seront représentées (économie, géographie) pour aborder le champ de l'écologie dans son acception la plus large.