Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Les formes de l'échange - Université Angers

Les formes de l'échange

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Les formes de l'échange

Communiquer, diffuser, informer de l'Antiquité au XVIIIe siècle

  • Editeur : Les Presses Universitaires de Rennes
  • Parution Août 2012
  • Sous la direction de François Brizay

LA COMMUNICATION, entendue à la fois comme l'établissement d'une relation interpersonnelle et un système de transmission d'informations, intéresse l’histoire des régulations sociales. Elle présente deux caractéristiques importantes pendant la longue période qui va de l'Antiquité au ΧVIIIe siècle : les langues n'y étaient pas encore des marqueurs d'identités nationales et, en ces siècles où le télégraphe, le téléphone et l'Internet n'existaient pas, la diffusion de toute information demeurait tributaire de la distance et de la lenteur des moyens de transport. Pour étudier la manière dont les individus se sont parlé et dont des institutions comme l'État et l'Église ont échangé des renseignements et des informations, deux thèmes ont retenu l'attention des auteurs de ce recueil : l'usage de la langue comme mode de régulation sociale, et la question des processus de communication et de diffusion de l'information.

L'usage de la langue ne concerne pas les seuls linguistes. L'intérêt porté récemment aux transfuges, aux « renégats » et aux intermédiaires a incité des historiens à étudier lespidgins et les métissages Linguistiques. Ce renouvellement de la recherche permet de privilégier ici trois questions : le rapport entre langue et identité, la langue que les missionnaires devaient utiliser à l'époque médiévale pour convertir, et l'histoire singulière des langues savantes ou imaginaires porteuses de rêves d'universalité.

La « circulation de l'information », concept commode mais discutable, car l'information n'est pas un objet que l'on déplace, peut être comprise comme un processus de communication. Sensibles à son importance dans la vie politique, commerciale et culturelle, les historiens en font aujourd'hui un objet d'étude. Dans ce volume, ils mettent l'accent sur les vecteurs de diffusion de l'information (courriers officiels, journaux intimes, périodiques), sur la manière dont l'Église et des ordres religieux utilisèrent - et manipulèrent - l'information, et sur les moyens dont disposaient les gouvernements et les civils pour obtenir des rensei­gnements en temps de guerre.

François BRIZAY est maître de conférences en histoire moderne, HDR et membre du CERHIO-Université d'Angers.