Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Conférence 15 - Mardis de Confluences - Université Angers

Les Amazones de la terreur, femmes terroristes : que trouble la violence politique des femmes ?

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Les Amazones de la terreur

Femmes terroristes : que trouble la violence politique des femmes ?

Le 8 mars 2016

visuel du livre des amazones de la terreur

Mardis de Confluences 2015-2016

La SFR Confluences continue son cycle de conférences débats ouvertes à tous « Où est Charlie ? »   

Pour analyser et mettre en perspective les attentats de 2015, le cycle portera plus globalement sur la violence terroriste, ses motifs, ses racines, ses conséquences. Seront ainsi abordées par des chercheurs issus de diverses disciplines (droit, histoire, littérature, etc.) les attentats du World Trade Center, la surveillance globale, les liens entre guerre et religions, la liberté d’expression et le droit à la caricature, dont celle des femmes politiques, ainsi que le rôle des femmes dans le terrorisme.

 

Les amazones de la terreur
Femmes terroristes : que trouble la violence politique des femmes ?"

Le mardi 8 mars 2016 de 18h à 20h
Maison de la recherche Germaine Tillion, campus Belle-Beille | Entrée libre

Présentation

"Un terroriste sur deux est une femme" s'inquiète-t-on dans les années 1970 et 1980. Synonyme de réactivation de la violence politique dans les démocraties occidentales, cette période signe la résurgence des actes violents et collectifs motivés par des raisons politiques avec la présence remarquable et remarquée de femmes. Surnommées par les médias les "amazones de la terreur", les militantes d'organisations révolutionnaires armées comme la Fraction armée rouge (RAF) en Allemagne ou Action directe en France apparaissent comme une énigme sociale. Tour à tour décrites comme des furies, des sorcières, des pasionarias, ou encore des amoureuses manipulées par des hommes pygmalions, elles sont confrontées à une hypertrophie du regard et à une mise en abîme où histoire et mythes se rencontrent. La violence politique des femmes se heurte en somme aux  "silences de l'histoire" (Michelle Perrot), aux normes et aux imaginaires sociaux, dans une période marquée par la deuxième vague féministe. Perçues comme des symboles d'un désordre social et sexué, les "femmes terroristes" sont ainsi confrontées à la classique négation de la capacité des femmes à être violentes, à la disqualification politique de leur action et à l'amalgame entre féminisme et terrorisme, éclairant ainsi la construction contemporaine et sexuée du militantisme violent.

Intervenante
  • Fanny BUGNON, Maîtresse de conférences en histoire / études de genre. Université de Rennes 2.

 

Coordinateur du cycle : Arnaud de Lajartre

Annie Ribrault – Maison de la recherche Germaine Tillion
annie.ribrault @ univ-angers.fr