Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Portrait de Sandrine Gaymard - Université Angers

Portrait de Sandrine Gaymard

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Sandrine Gaymard, enseignant-chercheur en psychologie sociale

« La psychologie sociale contribue à rendre la route lisible et acceptable pour les usagers »

Sandrine Gaymard, enseignante-chercheur du LPPL analyse les représentations et les comportements des individus sur la route, dans leurs interactions avec cet environnement et ses acteurs : automobilistes, piétons, cyclistes, deux-roues motorisées, tramway, etc. L'enseignante-chercheur étudie les normes sociales qui se pratiquent sur la route, parfois à l'encontre des normes légales du code de la route. Ses recherches sur les pratiques des usagers routiers contribuent à clarifier la conditionnalité de la règle qui dans certains cas peut aboutir à légaliser une pratique.

« Les pratiques observées sur la route sont le reflet des normes sociales qui sont partagées par les usagers », note Sandrine Gaymard. Ses travaux concernent principalement la théorie de la conditionnalité selon laquelle les prescriptions sont associées à des conditions. Dans ce cadre, les individus transgressent le Code de la route sous certaines conditions car c'est légitime dans leur représentation. Dans certaines circonstances, les usagers estiment que le Code de la route n'a pas de sens et cherchent à en donner.

La route doit avoir du sens pour l'usager

Portrait de Sandrine Gaymard devant un poster de recherche
Sandrine Gaymard a élaboré un questionnaire autour de 127 situations de conduite afin de faire remonter celles étant « les plus conditionnelles », où les circonstances justifiant une transgression du Code de la route sont nombreuses. « Mes travaux ont montré que la limitation de vitesse et le feu orange étaient des scénarios très conditionnels », dévoile l'enseignante-chercheur. Les conducteurs trouvent ainsi de nombreuses raisons à dépasser la vitesse autorisée ou à ne pas s'arrêter au feu orange (même si aujourd'hui il ne faut pas négliger l'impact des radars feu rouge). Ils trouvent par exemple légitime de ne pas respecter la limite de vitesse si la route est dégagée ou quand ils sont sur autoroute. Aucun conducteur ne trouve à l'inverse de circonstances justifiant le non-port de la ceinture de sécurité à l'avant du véhicule. La norme légale a, dans ce cas, intégré la norme sociale.

« Ces infractions au Code de la route sont justifiées par le système conditionnel », en conclut Sandrine Gaymard. Des modèles de « transgressions légitimes » partagés par les usagers se dessinent. Cette quasi-consensualité peut faire réfléchir sur le cadre théorique et sa logique. La pratique du « tourne à droite » chez les cyclistes (passer au feu rouge s'ils tournent à droite) était par exemple « effective » avant son introduction officielle dans le Code de la route. « Mon travail consiste à clarifier les représentations en lien avec les pratiques des usagers », estime l'enseignante-chercheur qui collabore notamment avec des ingénieurs, mathématiciens et statisticiens pour développer des méthodes d'analyse.

Recherche sur la conditionnalité de la règle et les usagers vulnérables

Sandrine Gaymard travaille actuellement en collaboration avec le CETE de l’ouest et le CETE Méditerranée, sur une recherche liée à la conditionnalité de la règle et commanditée par la DDTM34 (Direction Départementale des Territoires et de la Mer de l'Hérault). Cette étude comparative entre les départements de l'Hérault, du Gard et celui de Loire-Atlantique repose sur le constat d’un niveau d’accidentalité plus important dans les départements du sud; c’est la première étude du genre en France.

Sandrine Gaymard a également travaillé en collaboration avec le laboratoire d’Angers (ex-laboratoire Régional des Ponts et Chaussées d’Angers), le laboratoire central des Ponts et chaussées et l’équipementier Valeo, sur la perception visuelle et les représentations des conducteurs. Des scènes routières ont été projetées à des conducteurs afin d'étudier les corrélations entre les données visuelle et psychosociale. « Nous avons montré que la courtoisie en situation d’interaction jouait un rôle important dans  la perception du conducteur », explique-t-elle. Dans un environnement encombré et stressant, le conducteur n'est pas disponible pour le piéton. Ce dernier devient invisible et particulièrement vulnérable.  Les dernières recherches ont conduit Sandrine Gaymard  à élaborer un questionnaire de conditionnalité adapté au piéton. Un travail actuel en collaboration avec le LASQUO porte sur l’analyse des probabilités conditionnelles (théorème de Bayes). Cette approche permet de mettre en évidence les particularités hommes/femmes dans la perception des usagers vulnérables. Alors qu'un décret de 2010 prévoit que les piétons sont prioritaires partout à partir du moment où ils préviennent de leurs intentions de traverser,  le piéton reste avant tout légitime s’il est sur le passage piéton ou si le piéton adopte une attitude courtoise, en souriant, en remerciant, etc. « Le conducteur le laissera alors d'autant plus volontiers passer », note l'enseignante-chercheur.

Thérèse Rosset

Commentaire de Pressicaud posté le 2 novembre 2014 à 18:05

Bonjour,

C'est un plaisir d'avoir découvert votre dernier livre, qui rejoint mes investigations autour du vélo. Je viens de terminer la première partie. Je me félicite du partenariat avec la ville d'Angers où j'avais animé un séminaire de formation il y a quelques années.

J'ai publié, chez L'Harmattan également, mon second ouvrage sur ce sujet, fin 2013, où la sécurité et la santé sont fréquemment abordées.

Si vous ne le connaissez pas :

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=41618

Vous-même et vos collègues devraient y trouver un certain nombre d'informations et de pistes intéressantes, provenant souvent de l'étranger.

Bonne continuation,

Cordialement,

Nicolas Pressicaud

*
*
*

Quelques publications

  • Gaymard, S., & Egido, A. (Dir.). (2012). Sécurité et facteurs humains dans les moyens de transports : une approche multidisciplinaire. Paris: L'Harmattan.

 

  • Gaymard, S., & Tiplica, T. (2012). Conditional respect towards the pedestrian: Differences between men and women and risk modelling by the Bayesian approach. Quality & Quantity. Article first published online, doi : 10.1007/s11135-012-9751-y

 

  • Gaymard, S., Allain, P., Osiurak, F. & Le Gall, D. (2011). The conditions of respect of rules in young and elderly drivers : An exploratory study. The European Journal of Psychology Applied to Legal Context, 3(1), 11-28.