Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Portrait de Jean-Pierre Benoit - Université Angers

Portrait de Jean-Pierre Benoit

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

JEAN-PIERRE BENOIT, ENSEIGNANT-CHERCHEUR EN PHARMACIE

 

« La nanomédecine optimise l'action des médicaments sur les tumeurs »

Jean-Pierre Benoit reçoit sur scène son prix sous forme papier. La scène est retransmise sur grand écran placé au dessus de l'estrade

Chercheur en pharmacie depuis 30 ans, Jean-Pierre Benoît a appris à s'armer de patience. La conception et la caractérisation d'un médicament nécessitent en effet entre 5 et 8 ans de travail, à rajouter à cela encore 5 ans de tests cliniques. La laboratoire « Ingénierie de la vectorisation particulaire » qu'il dirige travaille sur la micro et la nanomédecine. Spécialisé à la base en pharmacie galénique, à savoir la science de la formulation de médicaments, Jean-Pierre Benoit a ensuite acquis des compétences en chimie macromoléculaire (DEA et thèse), ce qui l'a amené à s'intéresser aux nanomédicaments, systèmes pharmaceutiques innovants.

Au service de la recherche contre le cancer

Parce que les besoins médicamenteux pour soigner les cancers demeurent insatisfaits ("unmet needs" selon l'expression anglaise), le chercheur angevin consacre ses travaux à la « maladie du siècle ». À ce titre, la nanomédecine représente un espoir réel. En effet, les agents anticancéreux « classiques » ont leurs limites : au-delà des désagréments réversibles comme la perte de cheveux, les effets secondaires peuvent être plus graves (exemple : lésion de la moelle osseuse). Les micro et nanomédicaments évitent ces effets non désirables par la formulation de « vecteurs de médicaments » qui amènent un principe actif vers les tissus cibles, les tumeurs.

Invisibles à l'œil nu mais efficaces

La molécule active est incorporée dans une particule, qui est en fait un « colloïde », d'une taille de 50 nanomètres. L'ensemble s'achemine ensuite vers la tumeur, avec une capacité d'action optimisée et des effets secondaires inexistants. La vectorisation passive qui permet l'accumulation de ces colloïdes dans une tumeur en raison de vaisseaux sanguins désorganisés peut être combinée (ou non) à une vectorisation active où la particule va identifier la cellule-cible et se lier directement à elle. Les recherches des scientifiques se déroulent sur des rats et souris atteints de cancers du cerveau, du foie, bronchique, etc. Une fois l'activité anticancéreuse du nanomédicament et son absence ou sa faible toxicité démontrées, des tests sur l'homme peuvent être envisagés.

Biodégradables

Du fait de leur invisibilité à l'œil nu, ces particules s'injecteront ou se présenteront sous la forme de poudre répartie dans des gélules. Pour leur conception, du matériel de microscopie électronique est utilisé ainsi que des appareils de physique. Dans cet univers de l'infiniment petit, le parallèle avec les nanotechnologies vient vite à l'esprit. Appartenant à la famille des nanomatériaux, la nanomédecine s'en distingue cependant. Alors que la toxicité de certains nanomatériaux pose question (minéraux non-dégradables tels le carbone et le silice), les micro et nanomédicaments n'utilisent que des composants autorisés, bio-compatibles et biodégradables dans l'organisme.

Des efforts récompensés

Les travaux de Jean-Pierre Benoit et son équipe contribuent à l'avancée des connaissances dans le traitement des cancers. Le scientifique apprécie que ses résultats soient reconnus par la communauté scientifique, pour une meilleure lisibilité internationale de son laboratoire et donc de la recherche française. Il a en effet reçu en novembre 2010 le prix « Research Achievement Award » remis par la Fédération Internationale Pharmaceutique (FIP) lors du congrès Pharmaceutical Sciences World Congress 2010 à la Nouvelle Orléans en récompense de ses années de travail en nanomédecine. En plus de ses fonctions de directeur de laboratoire, Jean-Pierre Benoit continue son métier de praticien hospitalier à temps partiel au sein de la pharmacie du CHU d'Angers où il s'occupe notamment de la reconstitution des agents anticancéreux et anime la recherche au sein du CHU. Sans oublier sa troisième casquette en tant que professeur des universités à la Faculté de Pharmacie d'Angers.

 

Contact : Jean-Pierre Benoit - Laboratoire Micro et Nano Médecines Biomimétiques - INSERM U 1066 - IBS-CHU d'Angers - 4, rue Larrey, 49933 Angers cedex 9 - Courriel (jean-pierre.benoit @ univ-angers.fr)

Thérèse Rosset

*
*
*